France
URL courte
113715
S'abonner

Sur BFM TV, Mélenchon a critiqué l’échange tendu ayant opposé Macron et des Gilets jaunes, lors d’une promenade aux Tuileries. Il a en particulier critiqué une certaine forme d’imprudence et de naïveté.

Aux micros de BFM TV, Jean-Luc Mélenchon a critiqué l’attitude du Président de la République, après son accrochage avec plusieurs Gilets jaunes, au jardin des Tuileries.

Le chef de file de LFI a pointé du doigt «l’état de dégradation» des relations entre le chef de l’État et les citoyens. Il a également critiqué l’imprudence d’Emmanuel Macron, face à la colère de ses interlocuteurs.

«Ils ont quand même des raisons d’être très en colère. Ça va mal. Lui n’est pas très prudent. Il est le Président de la République. Une promenade aux Tuileries? Ne racontons pas d’histoire, autant aller à la foire du Trône, il y a du monde partout!», a-t-il ironisé sur BFM TV.

Jean-Luc Mélenchon s’est dit «mal à l’aise» devant la situation, estimant qu’en France chacun devait pouvoir «se balader sans problème». Il a néanmoins affirmé qu’il existait une «tradition de courtoisie dans le peuple français», précisant qu’il se déplaçait lui-même souvent en métro, sans être pris à partie.

Une forme de naïveté?

Le députe LFI a par ailleurs critiqué la «naïveté» du chef de l’État, interpellé lors de sa promenade, estimant que ce dernier n’évaluait pas correctement «le moment dans lequel nous vivons».

«Peut-être parce qu’il n’avait pas l'expérience du pouvoir avant, qu'il n'avait jamais été un élu, un homme de campagne électorale où vous êtes amené à rencontrer et à vivre toute sorte de situation, surtout à connaître le peuple français et la diversité de la France. Il se comporte comme s’il était juste entre gens de bonne compagnie», a-t-il déclaré sur BFM TV.

Jean-Luc Mélenchon a enfin appelé le Président à comprendre et interpréter «la souffrance dans le pays», sans en passer par des «actes de contrition et d’autoflagellation».

Lors de son échange avec les Gilets jaunes au jardin des Tuileries, Macron avait en particulier été sommé d’écarter la BRAV (Brigade de répression de l'action violente), chargée de lutter contre les violences urbaines, des manifestations.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
gilets jaunes, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook