France
URL courte
246631
S'abonner

Ayant réservé des cabines pour une traversée entre Ajaccio et Toulon, des passagers arrivés à bord d’un cruise-ferry ont découvert le 11 juillet que leurs places étaient occupées par d’autres voyageurs. Après un long moment d’attente, certains passagers se sont emportés contre l’équipage en en venant même aux mains.

Des passagers du cruise-ferry Mega Andrea du groupe Corsica Ferries-Sardinia Ferries en sont venus aux mains samedi 11 juillet avec des membres d'équipage. La cause: ils ne pouvaient pas s’installer dans leurs cabines réservées pour la traversée entre Ajaccio et Toulon, rapporte Corse Matin.

Selon un passager interrogé par le journal, ils sont arrivés à 22 heures à bord de ce navire qui venait de Porto-Vecchio pour découvrir que nombre d’entre eux ne pouvaient pas rejoindre leurs cabines, car certaines avaient déjà été attribuées à des passagers montés à Porto-Vecchio.

«Le ton est vite monté à la réception car le personnel était manifestement débordé et aucune information ne nous a été donnée pendant un long moment», a-t-il ajouté auprès du journal.

La tension atteint son sommet

Irrités par la situation, certains passagers ont vigoureusement exprimé leur mécontentement. Une séquence filmée montre des passagers qui en viennent aux mains avec les employés du navire sous des éclats de voix.

​Selon le journal, le calme a été restauré vers minuit. Cependant certains passagers ont été relogés à l’étroit. Ainsi, l'un d'eux a confié à Corse Matin qu’il avait «dû dormir par terre pour laisser le lit double à [ses] enfants».

«Une erreur dans l'attribution automatique des cabines a conduit à des doublons sur l'Ajaccio-Toulon», a expliqué au journal le 12 juillet Pierre Mattei, le président de la compagnie maritime.

Lire aussi:

Plusieurs explosions entendues à Minsk
«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Premier mort lors des manifestations à Minsk
Tags:
Toulon, bagarre, Corse, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook