France
URL courte
353666
S'abonner

Après avoir reproché aux policiers la lenteur de l’enquête concernant les coups de feu qui ont visé son domicile de Corbeil-Essonnes en janvier dernier, le boxeur Patrice Quarteron a été brièvement placé en garde à vue à Evry pour outrage et menace sur des policiers. Et il a filmé le tout en direct.

L'ancien champion du monde de muay-thaï Patrice Quarteron, connu pour son franc-parler et son patriotisme affiché, a été arrêté le 16 juillet et brièvement placé en garde à vue au commissariat d'Evry pour outrage et menace sur des policiers.

Le champion d'arts martiaux de 41 ans a été arrêté alors qu'il se rendait au commissariat pour prendre des nouvelles d'une plainte qu'il avait déposée il y a peu pour «dégradation par moyen dangereux».

​Le 20 juin dernier, son domicile de Corbeil-Essonnes avait en effet été visé par des tirs d'arme à feu, sans faire de victime.

«Le ton est monté très rapidement», a confié à l’AFP une source proche du dossier.

M. Quarteron «aurait usé de propos susceptibles de caractériser des menaces de mort à l'encontre des policiers et aurait utilisé son téléphone portable pour les filmer», a poursuivi la même source.

Patrice Quarteron a donc été placé en garde à vue à 14h40 pour «menace de mort sur personne dépositaire de l'autorité publique» et «atteinte à l'intimité de la vie privée» a indiqué le parquet.

Il a été relâché vers 18h30 sur décision du parquet, «le temps de poursuivre les investigations».

Le domicile de l'ancien boxeur avait déjà été visé par des tirs, le 8 janvier dernier. Des impacts de balles avaient été retrouvés sur la façade ainsi que des douilles. Personne n'avait été blessé.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
boxeur, police, commissariat, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook