France
URL courte
353666
S'abonner

Après avoir reproché aux policiers la lenteur de l’enquête concernant les coups de feu qui ont visé son domicile de Corbeil-Essonnes en janvier dernier, le boxeur Patrice Quarteron a été brièvement placé en garde à vue à Evry pour outrage et menace sur des policiers. Et il a filmé le tout en direct.

L'ancien champion du monde de muay-thaï Patrice Quarteron, connu pour son franc-parler et son patriotisme affiché, a été arrêté le 16 juillet et brièvement placé en garde à vue au commissariat d'Evry pour outrage et menace sur des policiers.

Le champion d'arts martiaux de 41 ans a été arrêté alors qu'il se rendait au commissariat pour prendre des nouvelles d'une plainte qu'il avait déposée il y a peu pour «dégradation par moyen dangereux».

​Le 20 juin dernier, son domicile de Corbeil-Essonnes avait en effet été visé par des tirs d'arme à feu, sans faire de victime.

«Le ton est monté très rapidement», a confié à l’AFP une source proche du dossier.

M. Quarteron «aurait usé de propos susceptibles de caractériser des menaces de mort à l'encontre des policiers et aurait utilisé son téléphone portable pour les filmer», a poursuivi la même source.

Patrice Quarteron a donc été placé en garde à vue à 14h40 pour «menace de mort sur personne dépositaire de l'autorité publique» et «atteinte à l'intimité de la vie privée» a indiqué le parquet.

Il a été relâché vers 18h30 sur décision du parquet, «le temps de poursuivre les investigations».

Le domicile de l'ancien boxeur avait déjà été visé par des tirs, le 8 janvier dernier. Des impacts de balles avaient été retrouvés sur la façade ainsi que des douilles. Personne n'avait été blessé.

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
L’Union américaine de géophysique s’excuse auprès des scientifiques russes
Deux bus attaqués par une trentaine de délinquants près de Conflans après la mort d’un homme abattu par la police
Tags:
boxeur, police, commissariat, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook