France
URL courte
Incendie à la cathédrale de Nantes (23)
11218
S'abonner

Après le violent incendie qui s’est déclaré ce matin à la cathédrale de Nantes, plusieurs personnalités publiques et politiques, de sensibilité diverses, ont fait part de leurs émotions. Si certains ont tenu à affirmer leur soutien aux pompiers, d’autres dénoncent un possible acte criminel.

Les réactions à l’incendie de la cathédrale de Nantes affluent sur Internet de la part de personnalités des sphères politique et culturelle.

Alors que le Premier ministre a annoncé abréger sa visite dans les Pyrénées-Orientales et l'Aude pour se rendre sur place, le chef de l’État a salué les pompiers qui «prennent tous les risques pour sauver ce joyau gothique de la cité des Ducs».

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot a également fait savoir qu’elle se rendrait sur les lieux. Elle a fait part de son émotion, rappelant que ce n’était pas la première fois que ce «joyau de notre patrimoine» était menacé. La cathédrale a en effet était ravagé par les flammes en 1972.

D’autres voix se sont fait entendre pour rappeler la valeur patrimoniale de l’édifice, et plus généralement l’importance des cathédrales en France.  Marine Le Pen a ainsi parlé d’un «bijou de notre patrimoine culturel et historique» rongé par les flammes. 

Le député européen Raphaël Glucksmann a lui affirmé que «la blanche robe d’Eglises qui couvre la France est notre habit à tous» quelle que soit notre confession.

Le Monsieur Patrimoine, Stéphane Bern, déjà au bord des larmes sur les plateaux de télévision après l’incendie de Notre-Dame de Paris, a déploré «le cauchemar recommence».

La piste criminelle?

Alors que le parquet de Nantes a annoncé l’ouverture d’une enquête pour «incendie volontaire», certains ont fait part de leur indignation devant la possible dimension criminelle de l’événement.

Sur Twitter, le député européen Nicolas Bay a appelé à punir les auteurs de cette «déclaration de guerre». Son confrère à Bruxelles Thierry Mariani estime que s’en prendre à une cathédrale c’était «s’attaquer à l’âme profonde de la France».

Enfin, l’ancien maire d’Yerres Nicolas Dupont-Aignan a partagé sur le réseau social une vidéo tournée devant l’église de sa ville. Déclarant que c'est «le cœur de la ville de Nantes» qui «a été atteint», il estime qu'il existe une montée des actes antichrétiens en France ces dernières années. 

Incendie de grande ampleur

Au petit matin, un incendie de grande ampleur s’est déclaré dans la cathédrale. 

Trois départs de feu ont été identifiés par les secours, selon le chef des services pompiers du département. Un de ces départs s’est produit au niveau du grand orgue qui est parti en fumée.

104 pompiers et 45 engins ont été mobilisés. En fin de matinée, le feu a pu être «maîtrisé mais pas éteint», selon le directeur départemental SDIS 44 cité par BFM TV. Les pompiers continuent de lutter contre des «foyers résiduels». 

Dossier:
Incendie à la cathédrale de Nantes (23)

Lire aussi:

Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
Nice: l'une des victimes «présente un égorgement très profond de l’ordre d’une décapitation»
L'identité de l'auteur de l'attaque à Notre-Dame de Nice établie
Tags:
Nicolas Dupont-Aignan, Raphaël Glucksmann, Thierry Mariani, Jean Castex, Marine Le Pen, incendie, Nantes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook