France
URL courte
Incendie à la cathédrale de Nantes (23)
191594
S'abonner

Pensant interviewer l’homme impliqué dans l’incendie de la cathédrale de Nantes, des journalistes de CNews pressent de questions celui qui, comme ils ne le réaliseront que quelques secondes après, n’a aucun lien avec l’affaire.

En pleine émission sur CNews, la chaîne a décidé de couper son direct pour se déplacer jusqu’au commissariat de Nantes où la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul est devenue la proie des flammes le 18 juillet.

Les journalistes ont abordé une personne noire qu’ils pensaient être l’homme interpellé suite à l’incendie.

«Priorité au direct avec l’individu qui a été interpellé», lance le présentateur, alors que l’opérateur cadre un homme noir.

Les journalistes se pressent autour de lui et lui tendent des micros de toutes parts pour l’interroger.

Erreur sur la personne

À ce moment-là, quelqu’un présent sur place émet un doute.

«Je pense que peut-être ce n’est pas la bonne personne.»

L’image est rapidement reportée sur le plateau et le présentateur secoue la tête, de toute évidence embarrassé.

Un important incendie s’est déclaré au sein de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes dans la matinée du 18 juillet. Le procureur de la République de Nantes a déclaré qu'un ressortissant rwandais, bénévole du diocèse, avait été placé en garde à vue en marge de l'enquête ouverte pour «incendie volontaire». Pour l’avocat de l'homme, arrivé du Rwanda il y a quelques années, «aucun élément ne rattache» son client à l'incendie.

Dossier:
Incendie à la cathédrale de Nantes (23)

Lire aussi:

Plusieurs explosions entendues à Minsk
«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Premier mort lors des manifestations à Minsk
Tags:
reportage, CNews, incendie, cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook