France
URL courte
501022
S'abonner

Après de mauvais résultats aux municipales, LREM se retrouve au pied du mur, des cadres du mouvement réclamant des changements d’ici 2022. D’après Le Canard enchaîné, le parti a perdu une très grande partie de ses militants: ils étaient 418.000 inscrits sur le site en 2017, ils ne sont plus que 20.000 aujourd’hui.

Lundi 20 juillet s’est tenue la première réunion de La République en marche (LREM) dans ses nouveaux locaux du VIIIe arrondissement de Paris, à laquelle a même participé Jean Castex, a rapporté Valeurs actuelles. «Sa présence au premier bureau exécutif de LREM depuis sa nomination est un signal fort pour notre mouvement», s’est réjoui Stanislas Guerini, délégué général du parti. Le mouvement créé par Emmanuel Macron n’est pourtant pas au mieux de sa forme.

En effet, comme révélé dans le numéro du 22 juillet du Canard enchaîné, de nombreux militants ont déserté LREM depuis la campagne présidentielle. «Des 418 377 militants qui s'étaient inscrits en cliquant sur le site du mouvement en 2017, il n'en reste que 20 000 aujourd'hui», indique l’hebdomadaire satirique.

Une tendance qui n’échappe pas aux cadres du parti: «On ne peut pas continuer comme ça jusqu’en 2022, il nous faut du changement», a confié l’un d’eux à 20 Minutes. Après la déception des municipales, qualifiée de «raclée» par le Président lui-même, le parti de la majorité se prépare, à l’instar du gouvernement, à un certain remaniement.

Stanislas Guerini sur la sellette?

Alors que Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, a déjà annoncé qu’il quittait son poste dès septembre, Stanislas Guerini pourrait lui aussi laisser sa place. «Il a démontré son incapacité à nous faire parvenir au succès, on ne peut quand même pas se satisfaire d’avoir obtenu que quelques conseillers municipaux!», a déploré un député LREM toujours auprès de 20 Minutes.

Que ce soit pour prendre la tête du groupe des députés ou pour diriger le parti, un nom revient régulièrement: celui de Christophe Castaner. Marcheur de la première heure, l’ancien ministre de l’Intérieur reste populaire au sein des cadres du parti. «Il faut quelqu’un de puissant, avec une large notoriété et du charisme. Je verrais bien Casta reprendre le parti, qui sera fondamental pour la préparation de la présidentielle», a poursuivi ce même parlementaire.

Lire aussi:

La Turquie promet une riposte après la caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
Ankara réagit vivement à une caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
«Un voyage en Absurdie»: Marine Le Pen exprime sa colère après une réunion des ministres sur la gestion sanitaire
Didier Raoult: «C’est quelque chose que je ne prédisais pas»
Tags:
élections municipales en France (2020), remaniement, Christophe Castaner, Gilles Le Gendre, Stanislas Guérini, Emmanuel Macron, militants, La République en Marche! (LREM)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook