France
URL courte
10559
S'abonner

La chanteuse lyrique Monique Borelli a succombé à ses blessures, après avoir été frappée de plusieurs coups de couteau par son fils. Le drame a eu lieu lors d’un différend familial à propos d’un vol. Le suspect n’est pas connu de la justice.

Admise en urgence à l'hôpital Nord de Marseille, la soprano Monique Borelli est décédée de ses blessures, rapporte France Bleu Provence-Alpes-Côte-d’Azur. L’artiste avait reçu plusieurs coups de couteaux au cours d’une altercation avec son fils âgé de 18 ans.

Les parents du jeune homme l’avaient auparavant accusé de leur voler de l’argent. Face à ces reproches, l’adolescent s’est emporté et a fini par se saisir d’un couteau. Il s’en est d’abord pris à son père, le blessant superficiellement avec l’arme, puis le rouant de coups de poings et de pieds.

Il a ensuite asséné plusieurs coups de lame à sa mère, dans la région du cœur. La soprano de 59 ans a alors été transportée en urgence à l’hôpital, où elle est décédée le lendemain.

Inconnu de la justice

Le suspect n’est pas connu de la justice. 

Il va désormais faire l’objet d’une expertise psychiatrique, pour tenter de cerner d’éventuels troubles mentaux. Le jeune homme a été mis en examen et devrait passer devant le juge des libertés et de la détention avant un probable placement en détention provisoire.

Monique Borelli était soprano colature, diplômée du Conservatoire de Marseille. Elle s’était fait remarquer notamment pour ses interprétations d’œuvres de Mozart.

Lire aussi:

Plusieurs explosions entendues à Minsk
«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Premier mort lors des manifestations à Minsk
Tags:
chanteur lyrique, musique, opéra, Marseille, agression
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook