France
URL courte
18633
S'abonner

Nicolas Sarkozy a levé le voile sur les premières années de son quinquennat dans son nouvel ouvrage intitulé Le Temps des Tempêtes, à paraître dans les librairies dès vendredi 24 juillet. L’ex-chef de l’État y évoque l’humeur «changeante» des Français et fait part de ses émotions concernant la crise de 2008, selon Le Figaro.

Le premier tome du Temps des Tempêtes, le nouveau livre de Nicolas Sarkozy aux éditions de L’Observatoire, qui sera disponible à partir du 24 juillet, est consacré à ses premières années à l’Élysée. Dans les extraits cités par Le Figaro, l'ancien Président relate qu'il s’agissait d'«une période d’une telle densité», marquée par «la crise des États», le conflit entre la Géorgie et la Russie, la libération des otages et, bien entendu, par la crise de 2008. Concernant cette dernière, l’ancien chef de l'État avoue avoir été «au bord du précipice».

«Je pensais m’y être préparé. Ce n’était qu’une illusion. […] C’était vertigineux, tellement fort que cela ne provoquait bizarrement aucune excitation intérieure. J’étais tout à la fois calme et parfaitement conscient d’être au bord du précipice», estime M.Sarkozy.

Il a également reconnu ne pas avoir réussi à effectuer un vrai changement dans la politique économique du pays. «Je ne suis pas allé assez loin dans la rupture économique», déclare-t-il dans son ouvrage d’un peu plus de 500 pages.

«Je n’avais pas changé, les Français, si»

Nicolas Sarkozy livre ses réflexions politiques et revient sur son «hyperprésidence» et ses relations avec les Français qui, selon lui, ont aimé son «dynamisme».

«Trouver le ton juste est bien difficile et ce d’autant que l’humeur des Français est changeante. […] Ils ont aimé mon dynamisme, avant de s’en inquiéter. Je n’avais pas changé, les Français, si», estime-t-il.

L’ancien Président fait d’ailleurs le même constat pour ses successeurs: «Ils ont apprécié la normalité de François Hollande, avant de la détester. François Hollande n’avait pas changé, les Français, si. Et je pourrais sans doute avancer le même paradoxe à propos de la jeunesse du Président Macron».

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Premier mort lors des manifestations à Minsk
Tags:
crise financière, livre, Nicolas Sarkozy
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook