France
URL courte
233219
S'abonner

En déplacement à Nice, le Premier ministre a annoncé ce 25 juillet des mesures pour restaurer la sécurité dans la ville: une expérimentation de l'extension des compétences de la police municipale, la généralisation de la forfaitisation des délits de stupéfiants et l’affectation de 60 policiers supplémentaires.

Lors de sa visite à Nice, ville récemment frappée par la violence, le Premier ministre a annoncé ce 25 juillet des mesures contre l'insécurité.

Compétences de la police municipale

D’abord une prochaine expérimentation de l'extension des compétences de la police municipale.

Cette expérimentation, qui sera mise en place à Nice, se fera «dans un cadre qui sera fixé par les ministres ici présents», a déclaré M.Castex, venu à Nice avec les ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin et de la Justice Éric Dupond-Moretti.

Cette annonce a été saluée dans la foulée par le maire LR de la ville Christian Estrosi, qui a parallèlement annoncé le recrutement prochain de 80 policiers municipaux supplémentaires.

Mesure visant les délits de stupéfiants

Puis la forfaitisation des délits de stupéfiants «sera généralisée dès la rentrée». Ceci aidera les forces de l'ordre à «appliquer une sanction sans délai» et devrait se montrer efficace «contre les points de revente qui gangrènent les quartiers», a affirmé le chef du gouvernement, venu affirmer la volonté de l'État de s'en prendre à l'insécurité.

Cette procédure, une amende forfaitaire de 200 euros, s'applique à toutes les drogues mais vise d'abord les usagers de cannabis. Elle est déjà appliquée dans plusieurs villes de France comme Reims ou Rennes. L'amende, si elle est réglée sous quinze jours, est minorée à 150 euros. Au-delà de 45 jours, le contrevenant devra s'acquitter d'une majoration fixée à 450 euros.

Policiers en renfort

L’affectation de 60 policiers dans les prochaines semaines à Nice a également été annoncée par Jean Castex. La création dès la fin de l'année de 150 postes pour renforcer l'action pénale de proximité est également prévue.

«La seule loi qui vaille c'est celle de la loi républicaine et de l'État de droit», a déclaré le Premier ministre lors d'une allocation aux forces de l'ordre.
Annonces des ministres

La réaction de Jean Castex à ces violences a été précédée par les annonces faites par le maire de la ville. En revenant sur la troisième fusillade survenue à Nice depuis début juillet, notamment dans le quartier des Moulins, Christian Estrosi a promis d’y rétablir le contrôle. Gérald Darmanin y a quant à lui effectué une visite surprise le 24 juillet pour promettre de «faire plier ceux qui veulent faire plier la République» et afin de déclarer qu’il n’y a pas de zones de «non-droit» en France.

Réaffirmer l’autorité de l’État

La veille, le ministre de l'Intérieur avait évoqué «une crise de l’autorité» dans une interview accordée au Figaro. Il avait mis en valeur la nécessité de «stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société» et de «réaffirmer l’autorité de l’État».

Dès sa déclaration de politique générale, le 15 juillet, M.Castex avait promis «une réponse ferme et sans complaisance» à des «faits inacceptables qui exaspèrent les Français», évoquant plusieurs épisodes récents, dont les violences commises à Dijon, «l'attaque ignoble» contre un chauffeur de bus à Bayonne ou encore «les guets-apens tendus aux représentants des forces de l'ordre et à nos pompiers dans certains quartiers».

Lire aussi:

Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Un policier roué de coups à Paris lors de la manifestation contre la loi Sécurité globale – vidéos
Le mystérieux «monolithe de métal» en plein désert américain a disparu
Voici la nouvelle attestation de déplacement à télécharger - photo
Tags:
drogue, sécurité, Nice, police, Jean Castex
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook