France
URL courte
Incendie à la cathédrale de Nantes (23)
54695
S'abonner

Le bénévole soupçonné d'être à l'origine de l'incendie de la cathédrale de Nantes, un Rwandais réfugié en France, est «apeuré» et «dépassé», selon son avocat qui souligne que l’homme «est coopérant», informe l’AFP.

Selon l’avocat Quentin Chabert de l'homme soupçonné d'être à l'origine de l'incendie de la cathédrale de Nantes, son client, le bénévole du diocèse de 39 ans, est «soulagé», «apeuré» et «dépassé», fait savoir AFP.

«Il y a une sorte de soulagement, c'est quelqu'un qui est apeuré, il est en quelque sorte dépassé», a déclaré Me Chabert à la presse ce dimanche 26 juillet.

Présenté à un juge, le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire pour «destructions et dégradations par incendie».

Une semaine après l'incendie dans la cathédrale de Nantes, un bénévole du diocèse est passé aux aveux et a été placé en détention provisoire dans la nuit du 25 au 26 juillet.

«C'est un soulagement évidemment de faire preuve, comme il le dirait, de repentance. Pour le croyant qu'il est, c'est important qu'il ait pu faire preuve de cette force et ce malgré des éléments de procédure qui pouvaient poser question notamment au début de la garde à vue, c'est quelque chose qui est notable de son côté», a souligné l'avocat.

L’avocat du suspect a indiqué que son client allait «faire maintenant un cheminement».

«C'est maintenant le temps long de l'instruction judiciaire. C'est désormais un magistrat indépendant, un juge d'instruction, qui va continuer à enquêter. D'autres actes d'enquête vont avoir lieu pour clarifier la situation, apporter plus de détails encore pour permettre par la suite que la justice puisse faire son œuvre», a poursuivi Quentin Chabert.

Le suspect «est coopérant»

Selon l'avocat, son client «est coopérant».

«Il est désormais temps aussi de passer à un temps d'apaisement, c'est ce qu'il souhaite de son côté», a indiqué Me Chabert.

L'avocat s'est en revanche refusé de s'exprimer sur la situation administrative de son client.

Réfugié en France

Le bénévole soupçonné était un «Rwandais venu se réfugier en France il y a quelques années», selon le recteur de la cathédrale de Nantes, le père Hubert Champenois.

Il a tenu à préciser que le bénévole était «servant d'autel» et qu’il le connaissait «depuis quatre ou cinq ans».

«J'ai confiance en lui comme en tous les collaborateurs», avait-il expliqué à l'AFP.

«Plus de 30 personnes» ont été entendues dans le cadre de cette enquête, et une vingtaine d'enquêteurs de la police judiciaire ont été mobilisés, avec notamment le renfort du laboratoire central de la préfecture de police de Paris, afin de déterminer la cause de l'incendie, selon le procureur.

Le suspect encourt pour cette infraction «une peine de 10 ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende», a précisé le procureur.

Incendie dans la cathédrale de Nantes 

Dans la matinée du 18 juillet, un incendie s’est déclaré dans la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes. Le parquet de la ville a annoncé l’ouverture d’une enquête pour «incendie volontaire».

Dossier:
Incendie à la cathédrale de Nantes (23)

Lire aussi:

Coups de feu lors d’une course-poursuite à Paris: trois personnes arrêtées
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Tags:
France, incendie, Nantes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook