France
URL courte
61012
S'abonner

Voulant faire «changer l’image des requins mangeurs d’hommes», un groupe de Français s’est rendu à bord d’un voilier en janvier 2019 au large du Costa Rica, des Bahamas et du Mexique. Lors de cette expédition, ils ont évolué sans cage aux côtés de requins-bouledogues, requins longimanes, requins-tigres et même d’un grand requin-marteau.

Quatre Français sont montés à bord d’un voilier de 12 mètres en janvier 2019 à Brest pour se rendre au large du Costa Rica, des Bahamas et du Mexique, voir les squales reconnus comme les plus dangereux du monde et changer ainsi «l’image des requins mangeurs d’hommes». Ils ont partagé leur expérience à 20 Minutes.

«Nous voulions montrer que la dangerosité est toute relative. Si on respecte certaines règles, les requins ne représentent aucun danger», explique au quotidien l’un des aventuriers qui ont voulu combattre «les préjugés cultivés dans les films à sensations».

Beaucoup de squales

Lors de cette expédition baptisée Lords of the Ocean ils ont nagé sans cage aux cotés de requins-bouledogues, requin longimanes, requins-tigres et d’un grand requin-marteau. Cependant ils n’ont pas réussi à évoluer sans cage auprès du grand requin blanc.

«Nous n’avons pas eu l’autorisation. Depuis quelques années, même les scientifiques ont du mal à y aller. La nage avec les requins est très lucrative pour certains pays. Ils ne veulent pas prendre le risque de voir des gens y aller en dehors des circuits traditionnels», confie à 20 Minutes un autre membre du groupe.

Ils cherchent via cette expédition à mobiliser l’attention sur les dangers que les requins courent car ceux-ci sont souvent massivement tués pour leur aileron d’où une population en déclin.

 

Lire aussi:

Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Tags:
Mexique, Bahamas, Costa Rica, requins, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook