France
URL courte
10418
S'abonner

Après la mise à terre des statues de Joséphine de Beauharnais et de Pierre Belain d'Esnambuc en Martinique, la plaque de la rue Victor Hugo a été arrachée à Fort-de-France, des vidéos de cette scène ont été publiées sur les réseaux sociaux.

Des vidéos montrant des militants anti-esclavagistes en train d’arracher la plaque de la rue Victor Hugo à Fort-de-France, en Martinique, ont été mises en ligne le 26 juillet sur Twitter et YouTube.

​Les individus reprocheraient à l'écrivain sa complaisance supposée à l’égard de l'esclavage et notamment son Discours sur l’Afrique prononcé en 1879 à l’occasion d’une commémoration de l’abolition de l’esclavage.

La nouvelle a fait réagir de nombreux internautes dont des journalistes et écrivains.

​L’historien Éric Anceau a déploré le fait que le célèbre écrivain devienne «persona non grata» pour certains en Martinique «au temps de la post-vérité».

​Il y a trois ans, une pétition avait déjà été lancée par une lycéenne martiniquaise pour dénoncer le racisme supposé de Victor Hugo.

La rue Victor Hugo n’est pas la seule à être attaquée

D’autres images publiées sur Twitter montrent que la plaque de la rue Blénac à Fort-de-France a elle-aussi été arrachée le même jour.

​La rue Blénac a été nommée en l’honneur de Charles de Courbon, comte de Blénac, qui a trois fois occupé le poste de gouverneur général des îles d'Amérique entre 1677 et 1696.

La plaque de la rue Blénac aurait aussi été arrachée au motif que le comte avait été l’un des contributeurs du Code noir, ordonnance du roi Louis XIV réglementant la condition des esclaves noirs dans les îles françaises d'Amérique.

Récentes dégradations de monuments en Martinique

De nombreux cas de destruction de statues considérées comme glorifiant le passé colonial ont lieu à travers le monde à la suite de la mort de George Floyd aux États-Unis.

En Martinique, des militants du mouvement Black Lives Matter ont mis à terre le 26 juillet, à Fort-de-France, les statues de Joséphine de Beauharnais, femme de Napoléon Bonaparte qui avait rétabli l'esclavage en 1802, et du flibustier et colon Pierre Belain d'Esnambuc, lequel avait participé à la colonisation de la Martinique au XVIIe siècle et notamment fondé la ville de Saint-Pierre, ancien chef-lieu de l’île.

Les monuments ont été renversés à coup de massue au son du tambour. Les militants ont ensuite traîné la tête séparée de la statue du colon avant de la jeter dans la cour de la préfecture.

En 1991, le monument à Joséphine de Beauharnais, née en Martinique, avait été décapité et éclaboussé de peinture rouge par des militants qui réclamaient déjà son retrait.

Le 22 mai, des militants avaient renversé à Fort-de-France et Schœlcher, deux statues de Victor Schœlcher, l'homme qui a décrété l'abolition de l'esclavage le 27 avril 1848. Les manifestants ont en outre demandé que la bibliothèque et la ville qui portent le nom de Schœlcher soient renommées au profit d'acteurs locaux de l'abolition de l'esclavage.

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Tags:
colonialisme, France, Martinique, Victor Hugo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook