France
URL courte
9625
S'abonner

«Quand j’entends le mot "violences policières" personnellement je m’étouffe», a déclaré Gérald Darmanin le 28 juillet. Dans le contexte des affaires George Floyd et Cédric Chouviat, le choix de ces mots a provoqué de vives réactions de la part des proches de ce dernier ainsi que des internautes.

Devant la commission des lois de l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur a réfuté le terme de «violences policières», estimant que la police exerce «une violence légitime».

«Quand j'entends le mot "violences policières" personnellement je m’étouffe», a déclaré le ministre de l'Intérieur.

«Une violence certes mais une violence légitime»

D’après lui, les forces de l’ordre exercent «une violence certes mais une violence légitime».

«Elle doit le faire de manière proportionnelle, elle doit le faire de manière encadrée. Que quelques personnes le fassent en dehors des règles déontologiques, la sanction doit être immédiate», a-t-il ajouté.

​Pour le ministre, le terme de «violences policières» est «antinomique». «Il peut y avoir des dérives, qu'on doit sanctionner et je pense que le gouvernement les sanctionne et s'il ne le fait pas, la presse, les syndicats, les parlementaires rappellent à la hiérarchie policière, au ministre de l'Intérieur, ce qu'il doit faire et c'est bien légitime», a-t-il estimé.

«De l'art de choisir ses mots»

Le choix du verbe «étouffer» a causé de vives réactions d’utilisateurs des réseaux sociaux, leur rappelant l’affaire George Floyd aux États-Unis et de Cédric Chouviat en France. Les deux sont décédés suite à des interpellations policières lors desquelles ils avaient respectivement déclaré «Je ne peux pas respirer» et «J’étouffe». Le hashtag #DarmaninDemission a de nouveau fleuri sur Twitter.

«De l'art de choisir ses mots, niveau expert», «Cedric Chouviat aussi s'étouffait, il l'a crié 7 fois de suite avant de décéder», se sont indignés des internautes.

​L’avocat de la famille Chouviat, Arié Alimi, a estimé que Gérald Darmanin avait «dépassé toutes les limites de la décence».

​La sœur de Cédric Chouviat a demandé des excuses.

«Mais quelle honte Mr Darmanin. Nous attendons vos excuses», a-t-elle écrit sur Twitter.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
violences policières, George Floyd, Cédric Chouviat, Gérald Darmanin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook