France
URL courte
161160
S'abonner

Une nouvelle agression à eu lieu à Bordeaux, où deux attaques à la machette avaient déjà été recensées cette semaine. Jeudi 30 juillet, un homme a été blessé par balle au thorax et son pronostic vital est engagé. La police a interpellé et placé en garde à vue cinq suspects.

Une attaque à la machette le 27 juillet puis une nouvelle le lendemain: au cours de ces derniers jours, Bordeaux a été le théâtre de plusieurs agressions extrêmement violentes et, comme le constatent les habitants, cette tendance se poursuit depuis plusieurs semaines. Or, un nouvel incident est survenu jeudi 30 juillet: des coups de feu ont retenti dans le City-stade, blessant grièvement une personne.

D’après les informations fournies par France Bleu, les faits se sont produits vers 16h30, lorsque cinq hommes à bord d’un véhicule ont ouvert le feu. La victime, un jeune de 24 ans, a reçu deux balles dans le thorax. Transporté dans un état critique à l’hôpital, il est désormais entre la vie et la mort.

Cinq suspects en garde à vue

En ce qui concerne cette dernière agression, le  cinq suspects n’ont pas tardé à être interpellés, l'immatriculation  leur voiture ayant été communiquée aux enquêteurs. Il s’agit d’hommes dont l’âge varie entre 20 et 40 ans environ. Selon France Bleu, qui se réfère au parquet, ils ont été placés en garde à vue pour «tentative d'assassinat».

Situation sécuritaire à Bordeaux

Les agressions étant devenues depuis plusieurs semaines un phénomène fréquent dans la ville, le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, a annoncé la mise en place d’un dispositif spécifique au sein du quartier Saint-Michel à compter du mois de septembre, selon BFM TV.

Outre des attaques à l’arme blanche, des explosions ont eu lieu qui ont causé des dommages. Plusieurs enquêtes sont en cours portant sur les affrontements entre des bandes.

Amine Smihi, adjoint au maire en charge de la tranquillité publique, a déclaré à Sud-Ouest que la ville «conna[issait] désormais des actes qui dépassent la délinquance ordinaire, atteignent un degré de violence qui va crescendo et entrent dans le champ de la criminalité organisée et armée».

Lire aussi:

Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Tags:
crimes, police, Bordeaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook