France
URL courte
171477
S'abonner

Un jeune homme jugé devant le tribunal correctionnel de Toulouse a été condamné lundi à un an de prison ferme pour avoir tenté de noyer un moniteur de kayak. Ayant entendu la sentence en visioconférence, il a insulté les magistrats avant d’exhiber son sexe.

Un jeune de 24 ans, arrêté la semaine dernière à Toulouse pour avoir tenté de noyer un moniteur de kayak, a été jugé devant le tribunal correctionnel le 3 août. Ayant entendu le verdict, qui était pourtant clément envers lui, il est entré dans un état «de fureur indescriptible» et s’est mis à insulter les magistrats, avant de baisser son pantalon pour montrer son sexe trois fois de suite, raconte La Dépêche du Midi.

Le kayakiste en question était venu s’interposer pour l’empêcher d’importuner voire de frapper une jeune femme avec une rame. Il a essuyé entre 20 à 30 coups de poing et l’agresseur a essayé de le noyer à au moins trois reprises. L’attaque lui a coûté trois jours d’incapacité totale de travail.

Un casier judiciaire chargé

Le mis en cause, qui avait déjà eu affaire avec la justice 29 fois, avait été arrêté dans la foulée. Il est comparu lundi dernier devant le tribunal correctionnel de Toulouse en visioconférence depuis la maison d’arrêt de Seysses.

Il a partiellement reconnu et partiellement nié les faits. Le procureur a requis 18 mois de prison ferme mais vu son jeune âge, le tribunal a décidé d’une peine de 18 mois d’emprisonnement dont six avec sursis probatoire. Cependant, l’accusé a sans doute jugé que le verdict ne lui était pas suffisamment favorable d’où son exhibitionnisme soudain.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Voici quand la France pourrait faire face à une deuxième vague de Covid-19, selon des chercheurs
Tags:
exhibitionnisme, tribunal, Toulouse, sexe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook