France
URL courte
Par
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (74)
26771
S'abonner

En pleine visite d’Emmanuel Macron à Beyrouth, ville sinistrée par des explosions, une foule a conspué le chef de l'État Michel Aoun, demandant l'aide de la France pour évincer les dirigeants au pouvoir.

«Aidez-nous! Vous êtes notre seul espoir!», «le peuple veut la chute du régime», ont scandé des Libanais, vilipendant le chef de l'État Michel Aoun et les autorités durant la visite du Président Macron, ce 6 août à Beyrouth, capitale dévastée par deux explosions d’une force inédite.

Un «nouveau pacte» politique

Face à la foule, Emmanuel Macron a assuré vouloir proposer un «nouveau pacte» politique aux responsables du Liban, où la colère populaire gronde contre les autorités.

«Je suis là aussi pour lancer une nouvelle initiative politique. C'est ce que je vais exprimer cet après-midi aux dirigeants et forces politiques libanaises», a lancé M.Macron.

Le Président plaide la lutte anti-corruption

La France va continuer d'aider le Liban, a promis à la foule le chef d’État français, tout en plaidant pour la mise en œuvre en urgence de réformes politiques et économiques.

«Je suis venu ici dire et apporter le soutien de la nation française, du peuple français, au peuple libanais», a-t-il déclaré, affirmant que les enquêtes sur les explosions doivent travailler «au plus vite dans un cadre parfaitement indépendant et transparent pour expliquer, rendre compte de ce qui s'est passé».

M.Macron a insisté ensuite sur la nécessité d'«initiatives fortes [...] pour lutter contre la corruption, pour imposer la transparence, pour mener les réformes que nous connaissons», en citant la lutte contre la corruption, la réforme du système bancaire et celle du secteur de l'électricité.

«Il appartient aux dirigeants aujourd'hui en place, à un peuple souverain, de mettre en œuvre ces décisions», a poursuivi le Président de la République, précisant que l’aide française ne tombera pas en des mains corrompues.

«Le Liban continuera de s'enfoncer» sans réformes

Le Président français a fait part de son intention d'avoir un «dialogue de vérité» avec les politiques libanais, qui portent une «responsabilité historique» dans la crise «politique, morale, économique et financière».

«Si [les] réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s'enfoncer», a-t-il prévenu.

M.Macron s’entretiendra plus tard dans la journée avec les principaux responsables libanais et donnera une conférence de presse vers 18h30, heure locale (17h30 heure de Paris), avant de rentrer en France.

Dossier:
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (74)

Lire aussi:

Les États-Unis cherchent à former une coalition contre le Nord Stream 2
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Assoupi au volant, il prive d’électricité une partie de la Drôme
Tags:
corruption, Beyrouth, Liban, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook