France
URL courte
134109
S'abonner

Un homme de 42 ans a été lourdement blessé lors d’une agression à Toulouse. D’après La Dépêche du midi, il était venu s’en prendre à un livreur qui harcelait sa fille depuis plusieurs jours. Ce dernier a sorti un couteau et l’a touché à quatre reprises. Il est toujours en liberté.

Dans la soirée du jeudi 6 août, un père de famille de 42 ans a aperçu le livreur qui harcelait sa fille depuis plusieurs jours à Toulouse. Lors de l’altercation, ce dernier a sorti une arme blanche et a poignardé son adversaire à quatre reprises avant de prendre la fuite, a relaté La Dépêche du midi. Il est toujours recherché par la police.

Les faits de harcèlement présumés datent de la semaine précédente, lorsque l’individu avait livré un repas au domicile de la famille dans le quartier des Carmes. D’après des témoins, le quadragénaire s’était équipé d’un morceau de bois avant de rencontrer le jeune homme et de l’agripper.

Il a été touché à la gorge, derrière la tête et à l’omoplate, a précisé le quotidien régional. Il était dans un état grave lorsque les services de secours sont intervenus. Il a été emmené au CHU de Rangueil, au sud-est de Toulouse. Ses jours ne sont pas en danger malgré la gravité de ses blessures, notamment celle à la gorge.

Le suspect toujours en fuite

La police a établi un périmètre de sécurité autour du lieu de l’agression et les spécialistes de l’identité judiciaire ont procédé à des constatations jusqu’au lendemain matin. L’enquête a été confiée au service de la sécurité départementale de Haute-Garonne. Ce vendredi, le suspect était toujours recherché.

Lire aussi:

Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
Elle donne un coup de tête à un agent SNCF à Nantes parce qu’il lui refuse l’accès au quai
Tensions en Méditerranée orientale: la Turquie victorieuse de l’escalade et des négociations?
Nouvelle attaque dans une école maternelle en Chine – vidéo
Tags:
enquête, hospitalisation, harcèlement, agression, Toulouse, attaque au couteau, arme blanche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook