France
URL courte
20254
S'abonner

Depuis janvier, 233 maires ou adjoints ont été agressés en France, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur obtenus par le Journal du Dimanche. Des élus somment le gouvernement de réagir.

Les violences contre les élus locaux sont en hausse depuis le début de l’année, rapporte le Journal du Dimanche.

 Depuis janvier, 233 maires ou adjoints ont en effet été agressés physiquement, contre 198 à la même époque l’an passé, relate le journal en se basant sur des chiffres du ministère de l’Intérieur.

Plusieurs incidents ont notamment défrayé la chronique ces dernières semaines. Dans la commune de Miribel-Les-Échelles (Isère) le maire a ainsi été frappé au visage et brûlé avec un feu d’artifice alors qu’il tentait de faire cesser des tirs de mortiers sur la place du village. Le maire de Saint-Philippe-d’Aiguille (Gironde) a lui aussi été pris à partie après avoir demandé à un groupe d’individus de baisser leur musique.

Le ministre de l’Intérieur avait réagi à ces agressions sur Twitter, réaffirmant son soutien aux édiles et estimant qu'«agresser un maire, c'est s'attaquer à la République».

Des élus en appellent au gouvernement         

L’Association des maires de France (AMF) s’était déjà indignée de ces agressions fin juillet dans un communiqué.

 L’organisme dénonçait le «climat d’insécurité auquel sont confrontés les élus municipaux» et exigeait qu’une réponse pénale soit «systématiquement apportée» contre les auteurs des faits.

Le président de l’Association, François Baroin, appelle désormais le gouvernement à prendre ses responsabilités, pour faire cesser ces violences contre les élus locaux.

«Au-delà de la compassion, le gouvernement doit passer aux actes s'il veut vraiment les protéger», déclare-t-il au JDD.

Également interrogé par l’hebdomadaire, le sénateur de la Manche Philippe Bas tient le même discours et demande que soit mis en place «un véritable plan gouvernemental pour la sécurité des maires». Il craint de devoir faire face au découragement des élus municipaux.

«Je dis au Premier ministre qu'il faut absolument mettre en place dans les préfectures une cellule qui apporterait conseils, accompagnement et soutien, y compris moral, aux maires et à leurs adjoints en cas d'agression. Car le maire est souvent tenté dans ces ­situations de se décourager et de laisser tomber», explique-t-il au JDD.

Lire aussi:

Le pass sanitaire français «ressemble beaucoup à ce que propose Davos, qui est la mise en place d’un système de traçage»
«Si Sarkozy soutient Macron pour 2022, il ne faudra pas se demander à qui Marine Le Pen doit son élection», dit Buisson
Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
Projet d'attentat d'un groupe néonazi: trois suspects mis en examen et écroués
Tags:
insécurité, Association des maires de France, François Baroin, maire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook