France
URL courte
9342
S'abonner

Face à l’enquête qui vise l’«école des imams» de Saint-Denis, dont certains élèves sont devenus djihadistes, une autre vient d’apparaître en plein cœur du Morvan, assure sur son comte Twitter le fondateur du Conseil des ex-musulmans de France. Un élu RN exhorte à fermer ces «lieux d'endoctrinement et d'islam radical».

Une école des frères musulmans* avec Youssef al-Qaradawi comme parrain a été formée en plein cœur du Morvan, en Bourgogne-Franche-Comté, assure sur son compte Twitter Waleed al-Husseini, essayiste spécialisé dans les questions liées à l'islam et l'islamisme et fondateur du Conseil des ex-musulmans de France.

​Julien Guibert, conseiller régional et élu RN, a accusé l'Institut européen des sciences humaines (IESH) de Château-Chinon de l’y avoir organisée en appelant à fermer les «lieux d'endoctrinement et d'islam radical».

​Des zones d’ombre

Une telle réaction est liée à l’enquête que le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a ouvert le 18 juin pour «abus de confiance» et «recel d’abus de confiance» contre l’IESH de Saint-Denis, qui forme les futurs imams et les enseignants des écoles coraniques ainsi que de simples citoyens voulant apprendre l’arabe ou se rapprocher de l’islam.

Selon Le Parisien, il y a «des zones d’ombre» concernant le contenu de l’enseignement ou encore l'idéologie des fondateurs et professeurs.

Une autre enquête sur le financement

Comme l’indique le journal, certains étudiants passés par l'IESH de Saint-Denis sont par la suite devenus djihadistes. C’est le cas de Reda Hame, recruté en Syrie pour attaquer ensuite une salle de concert à Paris, ou Inès Madani, condamnée à 30 ans de réclusion après avoir essayé de faire exploser une voiture près de Notre-Dame en septembre 2016.

Les sources de financement sont aussi dans le viseur de la justice. Les autorités auraient relevé une discordance entre le chiffre d'affaires de l’institut et ses investissements immobiliers. Elles s'interrogent aussi sur plusieurs transferts financiers récents effectués entre le Koweït, le Qatar et l'IESH.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Trump propose de grâcier Assange à une condition
Tags:
islamisme, djihadisme, Bourgogne-Franche-Comté, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook