France
URL courte
5227
S'abonner

Après qu’un habitant d’Avignon a retrouvé son chat décapité et éventré dans son jardin, la SPA du Vaucluse a lancé un appel à témoins et déclaré qu’elle ne lâcherait pas cette affaire.

Le propriétaire d’un chat qui habite à Avignon a retrouvé son animal de compagnie le 3 août tué avec une incroyable cruauté. Décapité et éventré, le félin a été jeté dans le cabanon de son jardin, raconte La Provence. Minette, 10 ans, avait disparu deux jours plus tôt.

La tête a été emportée et son ventre a été ouvert vraisemblablement avec un objet en fer lourd et tranchant: un pied de pot de fleurs. De la peau et des poils y sont restés accrochés, précise pour sa part France Bleu. Il semble que le chat n’ait pas été tué sur les lieux, car aucune trace de sang n’a été trouvée.

Un appel à témoins

La SPA du Vaucluse a été informée de l’affaire et a lancé un appel à témoins. La police est venue faire des constatations, indique la présidente de l’organisation, Marie-Claude Thomas.

«Celui qui a fait ça doit savoir qu’il a la réprobation du public après un acte pareil. Nous attendons que le propriétaire dépose plainte pour nous constituer partie civile», souligne-t-elle, citée par La Provence.

Elle dénonce par ailleurs un acte d’une «rare violence».

«C'est d'une cruauté absolue»

L’animal a été «assommé avec un pot de fleurs dont le support est en métal», détaille-t-elle, selon La Provence, ajoutant que la tête n’a pas été retrouvée.

Le propriétaire du chat n’a pas encore trouvé la force de déposer plainte.

«Se venger au travers d’un animal est inadmissible. Il faut que ça s’arrête, il ne faut pas admettre cette cruauté, que fera l’auteur après? La violence, ça se poursuit», résume Marie-Claude Thomas, citée par France Bleu.

Minette était «très gentille, le ou les auteurs n'ont pas dû avoir de difficultés à l'assommer, c'est d'une cruauté absolue», note-t-elle.

Lire aussi:

L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
chats, violences, Avignon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook