France
URL courte
18647
S'abonner

Une intervention policière a eu pour résultat de graves brûlures pour un individu lors d'une saisie judiciaire près de Caen. Il s'est enflammé après qu'un agent de police a eu recours à son pistolet à impulsion électrique, indique l'AFP. L'IGPN a été saisie.

L'inspection générale de la Police nationale (IGPN) a été saisie après l'utilisation par un policier d'un pistolet à impulsion électrique qui a entraîné de graves brûlures sur une personne lors d'une saisie judiciaire près de Caen le 7 août, a appris l'AFP auprès du parquet.

À l'arrivée d'un huissier accompagné de policiers en vue d'une saisie, un homme s'était aspergé d'essence et menacé d'y mettre le feu avec un briquet à Saint-Contest, dans la périphérie de Caen, selon les médias locaux.

Empêcher un geste fatal

Un des policiers a, selon des témoins, utilisé un pistolet à impulsion électrique, apparemment dans l'intention de stopper l'homme dans son projet, et l'homme s'est enflammé. Grièvement brûlé, il est depuis hospitalisé.

«Il apparaît que, dans l'intention d'empêcher un geste fatal, l'action des services de police a pu contribuer, malheureusement, au résultat dramatique qui s'en est suivi. En effet, l'usage du taser dans une atmosphère imprégnée d'hydrocarbure a pu déclencher l'embrasement», développe le communiqué du parquet.

«Il n'est pas établi, à ce stade, qu'une infraction pénale ait été commise, et une enquête administrative devra nécessairement être conduite», poursuit le communiqué, de la procureur de Caen, Amélie Cladière.

«Dans l'attente, j'ai décidé de saisir l'IGPN. La procédure en recherche des causes de blessures va donc être transmise au parquet et l'enquête va se poursuivre dans une second temps sous la qualification de blessures involontaires», conclut la procureur.

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien haut placé mort suite à une «attaque terroriste»
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Elle lui envoie 3.000 mails, pensant qu’il l’aime: elle finit en garde à vue
Tags:
brûlures, Inspection générale de la police nationale (IGPN), police, Caen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook