France
URL courte
3266
S'abonner

Une sexagénaire travaillant dans une boulangerie de Bruyères, dans les Vosges, a été condamnée pour avoir déversé des asticots de pêche sur les produits de son commerce, relate Vosges Matin.

Une femme de 62 ans a été condamnée à 100 jours-amendes à cinq euros par le tribunal correctionnel d’Épinal pour avoir dispersé des asticots de pêche sur les étals d’une boulangerie de Bruyères où elle était employée, a annoncé le journal Vosges Matin.

Selon le média, l’incident remonte à juin 2019. Une cliente a alors remarqué la présence d’insectes sur les produits avant que l’employée ne vienne elle-même alerter son patron. Lorsque le boulanger a regardé les enregistrements des caméras de surveillance, il est tombé sur les images montrant son employée en train de «plonger la main dans un sac pour effectuer un geste interprété comme du saupoudrage». Il a prévenu les gendarmes et licencié son employée.

Pour chasser les guêpes?

Pendant l’audience, la femme a tout nié, disant qu’elle faisait les gestes suspects visibles sur la vidéo pour chasser des moucherons ou des guêpes menaçant les pâtisseries. Mais ses arguments n’ont pas convaincu le juge.

«Il n’y a aucune explication pour justifier le geste qu’elle répète tout au long de la vidéo. Elle dit aujourd’hui qu’elle n’a rien remarqué pendant près de trois heures alors que l’autre vendeuse l’a tout de suite vu. Ce n’est pas sérieux. Madame n’a pas cessé de varier dans ses explications. On voit bien que les vers retrouvés le sont partout. Elle a été stoppée par une cliente et démasquée par la vidéosurveillance», a insisté Me Rémi Stéphan, avocat du boulanger, dont les propos ont été repris par Vosges Matin.

Lire aussi:

Les États-Unis cherchent à former une coalition contre le Nord Stream 2
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Tags:
pâtisserie, boulangerie, boulanger, asticots, France, Vosges
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook