France
URL courte
Par
3861153
S'abonner

Le 14 août à 2h00 du matin, sept policiers hors service sortant d’un karaoké ont été reconnus et agressés par une bande d’une vingtaine d’individus.

C’est à 2h15 le 14 août qu’une patrouille s’est dépêchée sur les lieux pour venir en aide… à ses collègues. Sortant d’un karaoké un quart d’heure plus tôt, sept policiers hors service et en civil ont été reconnus par un groupe d’individus, rue de Fontenelle à Rouen.

Les agents imaginaient une soirée sympathique au sortir de leur service et rejoignaient leurs véhicules. Mais ils ont d’abord entendu des cris: «Y’a les keufs!», «C’est les rnouchs!» [«serpents» en arabe dialectal, surnom pour désigner les policiers, ndlr].

Violence... contre-policière

Les policiers ont alors tenté de s’éloigner, mais cela n’a pas empêché la bagarre d’éclater. Ils n’étaient alors plus que cinq, des coups de pied et de poing ont été vivement échangés avant que les délinquants ne prennent la fuite. L’un des policiers a été légèrement blessé au nez. Un portable a disparu dans la rixe.

Les agents ont tous porté plainte selon le procès-verbal que Sputnik a pu consulter. Sur Twitter, la policière et syndicaliste Linda Kebbab (Unité SGP/F0) a dénoncé la «lâcheté» des agresseurs supérieurs en nombre.

  

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
En continu: le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’intensifie dans le Haut-Karabagh
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
Rouen, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook