France
URL courte
5016126
S'abonner

Paris étant classée parmi les «zones de circulation active» du Covid-19 avec un «nombre de nouveaux cas multiplié par six» depuis juin, Nicolas Péju, directeur général adjoint de l’Agence régionale de Santé Île-de-France, explique au Parisien ce regain et la nécessité de ne pas lâcher les mesures barrières.

«Préoccupante», comme l’a qualifiée le Premier ministre, la situation épidémiologique dans la capitale française laisse peser une menace. Ce 14 août, un décret paru au Journal officiel a placé Paris et les Bouches-du-Rhône en «zone active de circulation du virus». Dans une interview au Parisien, Nicolas Péju, directeur général adjoint de l’Agence régionale de Santé Île-de-France, explique ce regain.

Face à la dégradation de tous les indicateurs, le responsable exhorte à une «prise de conscience collective pour enrayer cette tendance et l'inverser». Selon lui, le département est passé d'une moyenne de 100 nouveaux cas confirmés par jour en juin à 600 actuellement. «Il a été multiplié par six!», s’étonne-t-il.

«Le 1er août, l'Île-de France dans son ensemble avait détecté 260 nouveaux cas. Il n'y a pas encore d'impact dans le système de soins mais l'électrochoc est impératif pour ne pas se retrouver dans la même situation qu'en mars», souligne M.Péju.

Le regain du virus expliqué

Suite au déconfinement, les Français sont «dans une tendance estivale de relâchement des mesures barrières», explique le responsable, insistant néanmoins sur le fait qu’il faut toujours se ressaisir, respecter la distanciation, se laver les mains et porter le masque dans les lieux publics clos et à l'extérieur. M.Péju a aussi souligné la nécessité du respect et du renforcement des mesures de prévention dans l’interaction avec les plus fragiles, notamment lors des visites en Ehpad par exemple.

Clusters dans le département

Selon M.Péju, l’Île-de-France compte 72 clusters, dont 23 à Paris, sept en Seine-et-Marne, quatre dans les Yvelines, huit en Essonne, cinq dans les Hauts-de-Seine, neuf en Seine-Saint-Denis, sept dans le Val-de-Marne et neuf dans le Val-d'Oise.

Afin de minimiser la propagation du virus sur les lieux de travail, son institution renforcera la sensibilisation des entreprises pour le respect des mesures barrières, y compris le port du masque.

«On assiste à une inversion de l'épidémie. On est évidemment dans un moment où il va falloir se reposer la question d'encourager à nouveau le télétravail dans la région», a-t-il noté.

Quant aux tests, le nombre de dépistages a été multiplié par deux en deux mois pour atteindre 150.000 par semaine dans la région. «Pour être réactif, nous mettons en place dès aujourd'hui un système de priorisation qui sera pleinement opérationnel ce lundi et permettra à ceux qui ont des symptômes d'être testés en moins de 24 heures», a conclu M.Péju.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Paris, Agence régionale de santé (ARS), France, Île-de-France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook