France
URL courte
269120
S'abonner

La puce RFID équipant de nombreux masques réutilisables, et dont la fonction n'a pas pu être expliquée par le directeur général de la Santé, n'est pas un moyen de «pistage». Elle sert à compter le nombre de lavages avant de jeter le masque, selon Cnews.

Alors que les Français sont toujours plus nombreux à craindre d'être pistés par la puce RFID (radio-identification), un auditeur de France Inter a posé une question sur la fonction de cette puce au directeur général de la Santé, relate Cnews.

Le responsable, connu pour ses points de presse sur l'avancée du Covid-19 en France, a botté en touche.

«Je peux vous dire que les masques français en tissus sont excellents, j'en porte tous les jours et ils ont un impact bien meilleur sur notre environnement, on peut les laver, les réutiliser. Ils sont fabriqués en France, à proximité de chez vous et n'ont pas de puce intégrée, je peux vous le garantir», a répondu Jérôme Salomon. 

En réalité, les puces de type RFID sont exclusivement présentes dans des masques spéciaux utilisés par les salariés de certaines entreprises. Elles sont destinées à compter le nombre de lavages (de 30 à 60 en général) avant de devoir se débarrasser du modèle.

Le contrôle effectué par une application smartphone

Il ne s'agit pas d’un «pistage». Selon l'entreprise UBI Solutions, les personnes portant ce masque peuvent «contrôler le nombre de lavages avec une application smartphone».

Cnews indique qu'il n'y a pas d'information pour le moment sur le nombre de salariés qui portent ce type de masques. Il s'agit essentiellement de personnes travaillant dans le monde de l'industrie. Les données collectées permettent à la fin ou au milieu de la journée de laver les masques tous à la fois en laverie.

Lire aussi:

Joe Biden se fracture le pied en jouant avec son chien - images
Un Français assassiné au Mexique pour ses grands crus
La Haute autorité de santé recommande un groupe prioritaire à vacciner
Tags:
puce électronique, masques, Jérôme Salomon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook