France
URL courte
192325
S'abonner

Le site de paris sportifs Winamax a été pointé du doigt par plusieurs personnalités politiques, après un message posté sur Twitter. Une référence à la présence des clubs de football français en demi-finales de la Ligue des Champions.

«On prend l’Europe, on l’encule à deux»: ce message posté sur Twitter par le site de paris sportifs en ligne Winamax a déclenché la polémique.

Neymar dans un match contre Mexique
© Sputnik . Vladimir Astapkovitch
 Parodiant les paroles du groupe de rap PNL, le propos fait référence à la présence en demi-finales de la Ligue des Champions de deux clubs de football français: le PSG et l’Olympique Lyonnais. Une première dans l’histoire de la compétition européenne.

Dans un photomontage, Winamax a d’ailleurs accolé le logos des deux clubs à une photo du groupe de rap.

Une initiative qui n’a pas été du goût de tous. La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a ainsi dénoncé sur Twitter des propos «à vomir», s’interrogeant sur les méthodes de modération du réseau social.

Élisabeth Moreno, la ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, a également réagi sur Twitter, dénonçant une communication malsaine et des propos «homophobes».

L’accusation d’homophobie a été reprise par son prédécesseur à ce poste, Marlène Schiappa. Désormais ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, la responsable a voulu préciser en quoi les mots utilisés par Winamax constituaient une insulte homophobe.

Deux clubs français en demi-finales

Pour la première fois deux clubs français disputeront les demi-finales de la Ligue des Champions. Au prochain tour le PSG sera opposé au RB Leipzig, tandis que Lyon devra écarter le Bayern de Munich, s’il veut jouer la finale à Lisbonne.

Depuis l’Olympique de Marseille en 1993, aucun club français n’a plus remporté la prestigieuse compétition européenne.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
Marlène Schiappa, homophobie, Olympique de Marseille, Olympique Lyonnais (club de football), PSG, football
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook