France
URL courte
8821
S'abonner

Face aux protestations antiracistes qui ont donné lieu dans certains pays au déboulonnage ou à la dégradation de plusieurs statues, le retrait de celle de Voltaire dans le VIe arrondissement de Paris a fait l’objet de nombreuses spéculations hier. La mairie l’a expliqué pour cause de nettoyage.

Le retrait de la statue de Voltaire dans le square Honoré-Champion, rue de Seine, dans le VIe arrondissement de Paris a fait grand bruit lundi 17 août sur les réseaux sociaux.

Tout commence par un tweet publié dans la matinée par un compte quelque peu secret qui l’a ensuite supprimé, expose le HuffPost. La photo postée montre des ouvriers en train d’enlever la statue. Elle est accompagnée du commentaire «Retrait définitif de la statue de Voltaire dans le secret de l’été rue de Seine», suivi des hashtags #daesh et #talibans.

Des personnalités politiques réagissent

L’image a choqué de nombreux internautes mais aussi plusieurs personnalités politiques et élus qui ont tout de suite pensé à une nouvelle victime du mouvement général de déboulonnage ou de dégradation de statues observé dans certains pays face aux manifestations Black Lives Matter.

Ainsi, la députée européenne de la majorité Nathalie Loiseau a exigé sur Twitter des explications rapides:

​Irène Tolleret, eurodéputée LREM, s’est également indignée de ce «déboulonnage» dans lequel elle voit un acte politique.

​Pour Laurence Parisot, ancienne présidente du Medef, «c’est une infamie».

La rumeur dissipée

C’est finalement le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire qui a mis la situation au clair, toujours sur Twitter.

​«Étant installée dans l’espace publique, la statue est souvent la cible de graffiti. Nous l’avons nettoyé courant juillet et rendue ce matin à la Cnap [Centre national des arts plastiques, ndlr], son propriétaire. Elle a été déboulonnée mais nous avons dans le même temps demandé à ce qu’elle soit réinstallée au même endroit. Ce n’est qu’une affaire de services administratifs, rien de plus», précise-t-il auprès d’Actu Paris.

La promesse du Président de la République

Le 14 juin, Emmanuel Macron a promis de ne pas enlever les monuments face à de nombreuses voix élevées contre l'existence de statues ou de monuments liés à l'histoire coloniale ou la traite esclavagiste.

«Je vous le dis très clairement ce soir mes chers compatriotes, la République n'effacera aucune trace ni aucun nom de son Histoire. La République ne déboulonnera pas de statue», avait-il alors assuré, appelant à «lucidement regarder ensemble toute notre Histoire, toutes nos mémoires, notre rapport à l'Afrique en particulier, pour bâtir un présent et un avenir possible».

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Méfiance face aux vaccins anti-Covid: «vous n’êtes ni des cobayes ni des jouets de l’industrie pharmaceutique»
Tags:
antiracisme, Emmanuel Macron, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook