France
URL courte
Par
121345
S'abonner

Bien que la loi garantisse l’accès aux cafés des personnes handicapées accompagnées d’un chien d’assistance, cette jeune femme a été refoulée à l’entrée d’un établissement de Castres (Occitanie). Ce geste a provoqué l'indignation de la cliente et des internautes. Mais les propriétaires affirment que son comportement était «inadmissible».

Une jeune femme en fauteuil roulant accompagnée d’un chien d’assistance n’a pas pu entrer dans un café situé dans le centre de la ville de Castres, en Occitanie. Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux montre les propriétaires la refouler. Cependant, la séquence ne dévoile que le dénouement de la dispute sans en présenter le début.

D’après la femme handicapée, avant que la vidéo ne commence le propriétaire a promis de la «dégager lui-même».

«Quelle que soit la réglementation madame, je suis chez moi ici», lance ensuite l’homme. 

L'épouse du propriétaire intervient alors.

«C’est moi qui vais porter plainte contre vous, vous m’empêchez de travailler.»

«Vous ne rentrerez pas chez moi, avec ou sans chien. J’ai le droit de refuser des clients. Donc quoi qu’il arrive, vous ne rentrez pas, alors hop», conclut le propriétaire qui ferme la porte devant la cliente et son chien. 

Plainte déposée 

La victime a ensuite porté une plainte contre le café. Plusieurs internautes espèrent que d’autres clients vont boycotter l’établissement.

En effet, le refus de faire entre une personne handicapée accompagnée d’un chien d’assistance est en délit, selon l’article 88 de la loi du 30 juillet 1987. Tout contrevenant peut être visé par une amende de 150 à 450 euros. 

Le point de vue des gérants

«On lui a dit que comme on est dans le secteur agro-alimentaire, on ne peut pas avoir d’animaux dans l’établissement. Cette personne s’est énervée, a été désagréable et a refusé de partir», a expliqué par la suite Muriel De Bona, la gérante, auprès du HuffPost.

Elle a également tenu à souligner que bien que la vidéo dure 20 secondes, la discussion a duré une heure.

«C’est honteux. Surtout qu’il y a énormément de gens qui viennent en situation de handicap qui sont accueillis comme il faut. Ils achètent leur café, et on s’arrange pour tenir leur chien dehors. J’ai moi-même deux nièces en situation de handicap. Mais quand une personne est désagréable et me crie dessus, elle ne rentre pas chez moi, c’est tout.»

Elle a fait remarquer que plusieurs personnes auraient retiré leurs commentaires des réseaux sociaux après avoir «jugé trop rapidement, sur 10 secondes, ce qu’il s’est passé».

Le couple De Bona a porté plainte, entre autres, pour diffamation. Et d'ajouter que la police leur a donné raison:

«On a le droit de refuser quelqu’un pour son comportement inadmissible. Même quand le policier lui a dit de s’en aller, elle n’a pas voulu. Il lui a dit que si elle ne partait pas, il devrait l’enlever de là».

La police de Castres a indiqué auprès du HuffPost n’avoir «aucune communication à faire sur le sujet».

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
animaux, chiens, handicapés, fauteuil roulant, Castres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook