France
URL courte
6201
S'abonner

Christophe Girard, visé par une enquête pour viol, a proposé ce mardi 18 août à la maire de la capitale de se met «en retrait» du Conseil de Paris, selon son avocate, citée par l’AFP, pendant le temps de l'enquête préliminaire et «pour mieux se défendre».

L'ex-adjoint à la maire de Paris Christophe Girard, visé par une enquête pour viol, a proposé ce mardi 18 août à Anne Hidalgo de se mettre en retrait de la majorité au sein du Conseil de Paris, fait savoir son avocate, citée par l’AFP.

«Par souci de sérénité et du bon fonctionnement de la majorité au sein du Conseil de Paris, j'ai proposé à Anne Hidalgo et à Rémi Féraud, président du groupe Paris en commun, ma mise en retrait le temps de l'enquête préliminaire et pour mieux me défendre», a déclaré M.Girard, qui reste élu au Conseil et au conseil municipal du XVIIIe arrondissement.

Accusé d’abus sexuels par un homme, Christophe Girard, ex-adjoint à la maire de Paris, fait l’objet d’une enquête pour viol ouverte par le parquet de Paris.

L'enquête ouverte pour «viol par personne ayant autorité» a été confiée à la brigade de protection des mineurs.

Une relation abusive

L’homme politique est accusé d'abus sexuels par Aniss Hmaïd, 46 ans, qui a affirmé au New York Times avoir été entraîné dans une relation abusive par l'intéressé quand il avait 15 ans, dès leur rencontre en Tunisie.

Christophe Girard a dénoncé avec la plus grande fermeté des allégations «sans fondement».

Fin juillet, il a dû démissionner de son poste de maire-adjoint en raison de ses liens avec l'écrivain accusé de pédophilie Gabriel Matzneff.

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
La SNCF appelle la police pour neutraliser une bande de jeunes agressant les passagers d’un RER
Tags:
politique, Christophe Girard, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook