France
URL courte
18453
S'abonner

Deux jeunes hommes ont été condamnés à de la prison ferme pour avoir dégradé 63 sépultures dans le cimetière de Lannemezan, dans les Hautes-Pyrénées, a relaté La Dépêche du midi. Ils ont expliqué leur acte par une volonté de «pactiser avec le diable pour réussir dans la musique».

Scène surréaliste au tribunal de Tarbes (Hautes-Pyrénées) jeudi 20 août, lors de l’audience de deux jeunes d’une vingtaine d’années qui ont justifié la profanation de 63 tombes au cimetière de Lannemezan par leur intention de «pactiser avec le diable pour réussir dans la musique». Ils ont tous deux écopé de prison ferme et devront indemniser les victimes, a indiqué La Dépêche du midi.

Les faits datent de la nuit du 9 au 10 août. Un téléphone portable laissé sur place ainsi de que nombreuses traces de sang provenant d’une blessure à la main ont permis d’identifier les deux responsables, a précisé La République des Pyrénées. Ils ont été jugés en comparution immédiate.

Il a suivi les conseils d’un marabout

Le premier suspect prénommé Fabien, originaire du Cameroun, a d’abord voulu expliquer que «cela n’avait rien à voir avec les personnes catholiques, ce n’était pas pour causer du tort». Il a ensuite avoué avoir été en contact avec un marabout établi au Mali, à qui il avait demandé des conseils pour faire carrière dans la musique et devenir célèbre.

Ce dernier lui a alors indiqué la marche à suivre: «enlever ce qui représente Dieu et le remplacer par 666», et ce afin de «faire des offrandes à l’être opposé à Dieu». Son complice a quant à lui tenté de minimiser son rôle dans l’affaire, décrivant les incantations de son ami pour invoquer le démon. Toutefois, son comparse est intervenu pour préciser que lui aussi voulait réussir dans la musique et a tout autant participé à cette cérémonie.

Il n’exclut pas de récidiver

La présidente du tribunal a ensuite relu la déposition de Fabien, lequel a évoqué la possibilité de récidiver. «Oui mais pas en France. En Afrique, c’est moins cher, on peut payer les gendarmes. Ici, non, ils font des enquêtes», a-t-il lâché, devant une assemblée abasourdie. Il a été condamné à 18 mois de prison, dont huit ferme.

Une peine plus légère a été prononcée pour son complice: 12 mois dont six ferme. À noter que le reste de leur peine est assorti d’un sursis probatoire de deux ans. Ils devront également indemniser les victimes. Les intérêts civils seront déterminés lors d’une audience prévue le 13 novembre, selon les informations de La Dépêche du midi. Les dégâts sont pour l’instant évalués à plus de 30.000 euros.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
Hautes-Pyrénées, diable, peine de prison, tribunal, profanation, tombe, cimetière
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook