France
URL courte
5016416
S'abonner

La famille de l'adolescente musulmane bosniaque à Besançon, qui l'a rouée de coups et tondu ses cheveux pour sa relation avec un chrétien d'origine serbe devra quitter le territoire français, a assuré Gérald Darmanin.

Les parents, l'oncle et la tante d'une adolescente musulmane bosniaque qui l'ont violemment frappée et tondue à Besançon, parce qu'elle fréquentait un chrétien d'origine serbe, «seront reconduits à la frontière car ils n'ont rien à faire sur le sol national», a assuré dimanche Gérald Darmanin sur sa page Twitter.

L'entourage de M.Darmanin a précisé à l'AFP que les quatre mis en cause seront concernés par cette mesure d'expulsion.

Les parents de la jeune fille de 17 ans, son oncle et sa tante ont été placés jeudi sous contrôle judiciaire en attendant leur procès pour «violences sur mineur en présence de mineurs et en réunion».

Aide au retour volontaire

Après avoir été définitivement déboutés du droit d'asile en décembre 2019, les parents de l'adolescente faisaient l'objet d'une obligation de quitter le territoire français, a indiqué le secrétaire général de la préfecture du Doubs, Jean-Philippe Setbon.

Parents de cinq enfants, ils avaient alors demandé à bénéficier d'une aide au retour volontaire, mais la procédure s'était arrêtée avec l'épidémie de coronavirus et la fermeture des frontières de Bosnie-Herzégovine.

Arrivés en France en 2016, l'oncle et la tante bénéficient d'un statut de réfugiés qui pourrait leur être retiré «vu leur implication, en fonction du jugement», souligne M.Setbon.

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Elle lui envoie 3.000 mails, pensant qu’il l’aime: elle finit en garde à vue
Tags:
musulmans, expulsions, Gérald Darmanin, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook