France
URL courte
16842
S'abonner

Les supporters du PSG ont assisté à la défaite de leur équipe et la fin de soirée a été marquée par des échauffourées entre des groupes de jeunes et la police. Suite à cela, 148 personnes ont été interpellées «notamment pour dégradations, violences ou jets de projectiles», a annoncé la préfecture de police.

Les forces de l'ordre ont interpellé dans la nuit de dimanche à lundi 148 personnes «notamment pour dégradations, violences ou jets de projectiles», a annoncé ce 24 août au matin sur Twitter la préfecture de police.

Il y a par ailleurs eu «404 verbalisations pour non port du masque sur secteur de port obligatoire», a ajouté la préfecture.

Des heurts ont opposé les forces de l'ordre et des groupes de jeunes pendant et après le match de la finale de la Ligue des champions autour du Parc des Princes et de l'avenue des Champs-Élysées où des voitures ont été incendiées et des vitrines de magasins cassées.

Les échauffourées ont duré plusieurs heures: des groupes de jeunes très mobiles s'en sont pris aux forces de l'ordre sur lesquelles ils ont jeté bouteilles de verre ou tiré des mortiers de feu d'artifice, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les forces de l'ordre ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène ou de lanceurs de balles de défense (LBD).

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait évoqué dimanche soir sur Twitter des «débordements inadmissibles» avant de remercier plus tard dans la soirée les forces de l'ordre qui ont procédé à des interpellations de «petits groupes violentes, fauteurs de troubles».

Le PSG s'est incliné dimanche 1 à 0 face au Bayern Munich dimanche soir à Lisbonne pour sa première participation à la finale de la Ligue des champions.

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Navire turc arraisonné par une frégate allemande, Ankara fulmine
Tags:
interpellation, match, football, PSG, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook