France
URL courte
7879348
S'abonner

Le serveur d’un restaurant bordelais a demandé à une jeune femme si elle était nue sous sa robe en voulant, selon son responsable, plaisanter. Après qu’il a refusé de présenter ses excuses, elle lui a lancé un verre d’eau au visage et lui de l’eau de vaisselle brûlante, indique France Bleu.

Après avoir reçu une remarque déplacée de la part d’un serveur, une étudiante bordelaise a été de plus arrosée d’eau brûlante dans un restaurant à Bordeaux dans la nuit du 24 au 25 août, relate France Bleu.

«Êtes-vous nue sous votre robe?», a lancé le serveur du restaurant Le Régent.

La jeune femme est allée voir son responsable pour signaler ses propos. Comme l'indique France Bleu, celui-ci a justifié le comportement de son subalterne par l’humour. Elle s’est alors adressée à ce dernier qui n’a pas souhaité s’excuser. Selon lui, il s’agissait bien d’une blague.

La situation dégénère

Enfin, elle lui a jeté un verre d’eau au visage sous prétexte qu’elle plaisantait elle aussi. L’homme a rapidement réagi:

«Il y avait trois plateaux en métal sur le bar et il me les a balancés. Il m'a visée mais il ne m’a pas eue, ça a atterri sur le mur. Il y avait un bac avec de l'eau brûlante, je pense pour faire la vaisselle, il me l’a renversé dessus! J'étais trempée de la tête aux pieds! Et il m'a porté un coup au niveau de la lèvre supérieure», a raconté la femme au quotidien régional.

Interrogé par France Bleu Gironde, l’un des patrons du restaurant a fustigé l’attitude du serveur. Celui-ci a été mis à pied, selon un communiqué de presse de l’établissement publié le 25 août.

L’étudiante envisage de porter plainte, précise la radio.

Lire aussi:

L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Notre-Dame: les experts forestiers jugent la nouvelle charpente en chêne «résolument moderne» - vidéo
Tags:
harcèlement, sexisme, restaurant, Bordeaux, serveur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook