France
URL courte
Par
7316
S'abonner

Après une crise sanitaire qui a gravement affecté l’économie, le Premier ministre a exposé devant le Medef les grandes lignes du plan de relance, axé sur l’offre et l’investissement. Derrière les chiffres, un plan en demi-teinte? La présidente de Fédération indépendante du made in France analyse pour Sputnik les annonces de l’exécutif.

Le gouvernement décidé à sauver les patrons. Mercredi 26 août, le Premier ministre Jean Castex a confirmé, à l’ouverture de l’université d’été du Medef, que le plan de relance qui sera dévoilé jeudi 3 septembre allègera la pression fiscale sur les entreprises. Le gouvernement prévoit ainsi une baisse de 10 milliards d’euros d’impôts de production à partir du 1er janvier 2021. Une mesure plébiscitée par le Medef.

Pour ce faire, la contribution sur la valeur des entreprises (CVAE) sera divisée par deux et la réduction du plafonnement de la contribution économique territoriale (CET) en part de la valeur ajoutée «de 3% aujourd’hui à 2% demain». En outre, «à partir de 2021, la méthode de taxation foncière des locaux industriels sera revue pour diviser par deux la pression fiscale», a indiqué Jean Castex. Cette série de mesures sera-t-elle une aubaine pour le made in France?

Interrogée par Sputnik, Amandine Hesse, présidente de la Fédération indépendante du made in France (FIMIF), estime que «clairement, cela sera bénéfique, car ces propositions visent, par des moyens détournés, à relancer la production en France. C’est bon pour l’industrie.»

Améliorer la compétitivité des entreprises

Autre élément d’importance, le Premier ministre entend s’attaquer à l’impôt sur les sociétés. Selon lui, «on ne peut pas conserver une fiscalité punitive pour notre industrie. On continuera aussi de baisser l’impôt sur les sociétés».

Actuellement, le taux d’imposition est fixé à 28% pour les entreprises réalisant un chiffre d’affaires de moins 250 millions d’euros et à 31% pour celles qui dépassent ce seuil. Pour Amandine Hesse, «converger vers un niveau d’imposition sur les sociétés à 25% à l’horizon 2022 est également une bonne chose, car certes, c’est un peu plus haut que nos voisins européens, mais cela nous replacerait à un niveau acceptable.»

«Cela pourrait aider à la relocalisation, mais surtout favoriser la création voire le retour de certains sièges sociaux et de départements Recherche & Développement en France.»

Si la présidente de la FIMIF salue l’investissement 460 milliards déjà mis en place par l’exécutif et ce plan de relance de 100 milliards d’euros, «ce qui m’interpelle c’est l’enveloppe dédiée à la relocalisation», note-t-elle.

«Un milliard sur cent, ce n’est quand même pas grand-chose. Même si cela va permettre aux entreprises de subsister, car c’est plus facile de maintenir un maillage territorial existant plutôt qu’en recréant un», nuance-t-elle.

«La critique que l’on pourrait faire à ce plan de relance, c’est qu’il manque d’incitation, de prospective, mais surtout d’ambition», regrette Amandine Hesse

La France futur acteur de l’économie circulaire?

Selon Amandine Hesse, le gouvernement doit avoir une vision à long terme, intégrant les urgences environnementales:

«Par exemple, devenir le premier acteur de l’hydrogène dans 20 ans […] En fléchant les investissements, on pourrait construire une filière en France. On pourrait valoriser cela, car on a clairement un coup à jouer.»

Enfin, d’un point de vue stratégique, Amandine Hesse suggère également d’investir dans les sociétés qui s’inscrivent au cœur de l’économie circulaire. C’est le cas notamment de la filière des produits reconditionnés. Alors que la fabrication de téléphones portables en France a quasiment disparu, «on s’aperçoit que l’on recrée une filière d’excellence, de traitement de ces technologies que l’on avait délaissées au profit du continent asiatique», souligne la présidente de la FIMIF.

«Par le biais du recyclage, du reconditionnement de certains objets, on se rend compte que l’on crée une expertise dans ces domaines. […] De plus, on crée de l’emploi, on recrée un savoir-faire, et on développe l’économie verte.»

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
France, Made in France, gouvernement, Jean Castex
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook