France
URL courte
141038
S'abonner

Quelques jours après l’annonce de la réinfection d’un patient à Hong Kong et d’un autre aux États-Unis, un habitant de Montpellier (Hérault) a lui aussi déclaré avoir été testé positif une deuxième fois au coronavirus, indique France Bleu. Il estime que de nombreuses personnes se trouvent en réalité dans cette situation.

Ce médecin héraultais avait attrapé le Covid-19 durant le confinement. Quatre mois plus tard, il a de nouveau présenté des symptômes légers le poussant à procéder à un test. Il affirme désormais avoir été réinfecté, comme d’autres patients en Europe et dans le monde, relate France Bleu.

«Il sont certainement nombreux dans le monde à avoir attrapé le Covid deux fois», a-t-il affirmé, expliquant que seuls certains cas de réinfection sont médiatisés en raison de leur suivi en continu par des chercheurs, ce qui n’est pas son cas.

Au vu de sa profession, ce docteur avait été obligé de se soumettre à un test pendant le confinement. Malgré l’absence de symptômes, le résultat s’était révélé positif. Fin août, un nouveau test a confirmé sa réinfection. L’homme affirme ressentir une légère fatigue, mais toujours rien d’alarmant, rapporte la radio.

Étude des cas de réinfection

Le premier cas de réinfection documenté a été publié le 25 août dans la revue Clinical Infectious Diseases. Elle concerne un trentenaire de Hong Kong, testé positif le 26 mars et hospitalisé pendant deux semaines. Même constat le 15 août après un voyage au Royaume-Uni lors d’un test effectué à l’aéroport. Il a été hospitalisé pour analyse mais n’a montré aucun symptôme.

Les chercheurs de Hong Kong sont formels, il ne s’agit pas d’une réactivation de la maladie contractée quatre mois et demi plus tôt, mais bien d’un autre génome du virus, confirmant une nouvelle infection. Un constat similaire a été dressé aux États-Unis, où, pour la première fois, la piste d’une réinfection a été rendue publique par des chercheurs.

Cette information pourrait tout changer concernant l’élaboration d’un vaccin. Elle démontre que les anticorps disparaissent après une période d’environ 120 jours. Cependant, le patient pourrait, sans bloquer le virus, développer une immunité face à la maladie, a affirmé une virologue de l’université de Yale.

Ainsi, le coronavirus «continuera probablement à circuler dans la population humaine comme dans le cas d’autres coronavirus humains», ont déclaré les auteurs. À l’instar de la grippe, le vaccin contre le Covid-19 pourrait être annuel. Cela signifie également que «les patients ayant présenté une infection Covid-19 devraient appliquer les mesures de contrôle épidémiologique tels que le port du masque et la distanciation sociale», ont-ils conclu.

Lire aussi:

Caricatures: Macron se prononce pour la première fois depuis la polémique sur ses propos
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme attaque des policiers au centre de Moscou, il y aurait des blessés
Tags:
test, contamination, étude, vaccin, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook