France
URL courte
221059
S'abonner

En visite au Liban, le Président français ne pourra se rendre dans une école pour marquer la rentrée. Emmanuel Macron a donc publié une vidéo sur Instagram pour souhaiter une bonne rentrée dans des circonstances particulières et appeler à respecter les gestes barrières, mais une petite erreur de liaison s’est glissée dans son discours.

Emmanuel Macron, parti le 31 août à Beyrouth pour sa deuxième visite au Liban depuis l'explosion tragique du 4 août, a choisi d’adresser un message aux élèves dans une vidéo postée sur Instagram le même jour, car il ne pourra pas cette année visiter une classe le jour de la rentrée scolaire comme il en a l'habitude.

Le Président a présenté ses vœux pour une bonne rentrée «un peu particulière» en leur demandant de respecter le port du masque et les gestes barrières.

«C'est une rentrée un peu particulière, parce que le virus est toujours là et qu'il faut vous protéger, souligne-t-il. Donc je compte beaucoup sur vous, dès demain matin, pour appliquer les gestes barrières, le port du masque et tout le reste».

Une erreur de liaison

De plus, dans son discours, le chef d’État a affirmé que «l'école c'est une place pour chacun» en demandant aux écoliers de bien accueillir les élèves en situation de handicap. Mais une faute s’est glissée dans son discours. Le Président a parlé des «400.000 z'enfants et adolescents» qui sont dans cette situation. Emmanuel Macron a fait la liaison entre «mille» et «enfants», ce qu’il ne fallait pas faire car mille est invariable.

Ce 1er septembre, 12,4 millions d'élèves retourneront en classe sous la menace du coronavirus, avec pour consigne le port du masque obligatoire pour enseignants et élèves.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
masques, Emmanuel Macron, rentrée, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook