France
URL courte
Par
251857
S'abonner

La contraception est désormais totalement prise en charge pour les mineurs de moins de 15 ans. Une mesure du gouvernement qui a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Si l’annonce peut déranger, l’objectif est d’éviter les grossesses précoces et le recours des adolescentes à l’avortement.

La contraception, déjà gratuite pour les 15-18 ans, s’étend dorénavant aux mineurs de moins de 15 ans, depuis la publication de la mesure au Journal officiel le 27 août dernier. L’âge de la pilule gratuite revu à la baisse a suscité un vif débat sur les réseaux sociaux entre adultes inquiets, qui y voient un appel à débuter leur vie sexuelle à des adolescents à peine sortis de l’enfance, et défenseurs de la contraception, qui soulignent les capacités de la pilule à réguler certaines maladies comme l’endométriose ou l’acné.

Malgré les critiques quant à ses effets secondaires (prise de poids, émotivité, douleurs musculaires) et les scandales en raison de certains cas plus graves, d’embolies pulmonaires ou d’arrêts cardiaques, la pilule demeure le premier moyen de contraception en France. Et le but de cette mesure est simple: éviter les grossesses précoces et les interruptions volontaires de grossesses (IVG), qui concernent plus de mineurs qu’il n’y paraît.

En effet, selon les chiffres du gouvernement, «près de 1.000 jeunes filles de 12 à 14 ans sont enceintes en France» et «parmi ces grossesses, 770 se concluent par une IVG.» Or, si l’IVG est une liberté importante, elle n’en est pas moins traumatisante, de surcroît pour une jeune fille. Lorsque la contraception est devenue gratuite pour les jeunes filles à partir de 15 ans, le taux de recours à l’avortement pour les 15-18 ans a baissé, passant de près de 10 à 6 IVG pour 1.000 jeunes femmes entre 2012 et 2018.

Si le planning familial a salué la décision du gouvernement, il souhaiterait également l’allongement de celle-ci aux jeunes femmes entre 18 et 25 ans, qui restent les plus concernées par les grossesses non désirées et le recours à l’IVG. Mais élargir l’accès à la contraception sans développer l’éducation sexuelle des adolescents ne résoudra rien. Que ce soit à l’école ou au sein de la famille, le sujet reste encore trop tabou au sein de la société.

Lire aussi:

Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
La Russie proscrit l'hydroxychloroquine contre le Covid-19
Nouvelle menace iranienne: «Israël peut être détruit en une seule opération»
Tags:
France, contraception, mineurs
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook