France
URL courte
Par
5527203
S'abonner

Deux rassemblements antiracisme ont été prévus ce samedi 5 septembre dans la capitale pour dénoncer la publication de Valeurs actuelles sur la députée LFI Danièle Obono, dépeinte en esclave.

Des dizaines de manifestants se sont réunis à l’appel de la Fondation Frantz Fanon au Trocadéro vers 17h00 pour dénoncer «l’agression raciste et sexiste» commise par le magazine Valeurs actuelles à l’encontre de la députée de La France insoumise Danièle Obono.

La France insoumise et la CGT ont annoncé vouloir assister au rassemblement au Trocadéro.

De nombreux collectifs dont l’Association contre le racisme, la Ligue des droits de l’Homme (LDH), l’Association des Tunisiens en France, l’Association des Marocains en France et l’Association femmes plurielles sont parmi les organisations signataires.

Une action a été en outre prévue par la Ligue de défense noire africaine (LDNA) devant le siège du quotidien à 14h00.

«Obono l’Africaine»

La députée insoumise a porté plainte contre Valeurs actuelles qui avait publié un épisode du roman de l'été dénommé «Obono l’Africaine». La fiction a plongé la femme politique, dépeinte avec un collier de fer autour du cou, dans le passé de l’esclavage.
Une enquête pour «injures à caractère raciste» a été ouverte. La rédaction a présenté ses excuses sans toutefois reconnaître la nature raciste du texte.

Réagissant à la publication dans un premier temps, Mme Obono a dénoncé une «souillure qui ne s'effacera pas», une insulte à ses ancêtres, son mouvement La France insoumise et «à la République».

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Tags:
soutien, Valeurs actuelles, Danièle Obono
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook