France
URL courte
Par
219312
S'abonner

Les habitants d’un immeuble à Poitiers, squatté presque chaque nuit depuis le début de l’été par des groupes de jeunes, se sont réunis pacifiquement le 6 septembre pour un «apéritif de résistance». Mais tout s’est mal terminé. Ils ont été caillassés et menacés de mort, la police est intervenue en urgence.

Des caves squattées, des câbles électriques coupés: face aux réunions organisées par une population de fêtards presque tous soirs depuis plusieurs semaines, les habitants de l’immeuble du 98 rue des Deux-Communes, aux Couronneries, à Poitiers, se sont mobilisés, d’après France Bleu.

Un «apéritif de résistance»

Le 6 septembre, les habitants du 98 mais aussi du 96 et du 100 se sont installés avec tables et chaises devant le hall du 98 dès 20h pour «occuper l’espace», relate La Nouvelle République.

«On veut juste passer un message d'amour: on n'a rien contre vous mais on voudrait juste dormir la nuit», affirment les résidents.

Il s’agissait d’une mobilisation «pour ne plus être seuls» face à cette situation «intenable», selon France Bleu.

«On a alerté tout le monde et on a voulu prendre les choses en main, sans nous substituer à la police ou aux institutions. Nous voulons juste contribuer au retour au calme. C’est un premier acte d’une action qui va continuer», ajoutent les résidents.

Menacés de mort, caillassés

Mais la réunion pacifique s’est très mal terminée. Alors qu’elle touchait à sa fin, ses participants ont été caillassés, l’un d’eux a été menacé de mort par les squatteurs, rapporte La Nouvelle République.

Les forces de l’ordre ont dû intervenir d’urgence. Malgré cela, les voisins ont pris la décision de revenir tous les soirs.

Lire aussi:

Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Il tente de mourir en percutant une voiture avec 3 enfants à bord, le juge l’autorise à repasser son permis dans 2 ans
«La France est soumise»: Onfray critique la réaction de la France suite aux insultes proférées par Erdogan
À la suite d’une décision de justice, elle se retrouve contrainte de partager sa maison avec un squatteur
Tags:
immeuble, Poitiers, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook