France
URL courte
Par
916
S'abonner

Après que l'Agence régionale de santé a dépisté en quelques jours à Nice deux cas d'infection par la dengue et relevé d'autres cas suspects permettant de parler d'un «foyer», 20 Minutes révèle les risques de cette maladie tropicale et les moyens de limiter sa propagation.

Deux cas de dengue autochtones ont été confirmés à Nice et «d’autres cas suspects» sont en cours d’investigation, selon l'Agence régionale de santé (ARS) qui évoque désormais un «foyer» de la maladie virale transmise par certains moustiques dans les pays tropicaux.

Se basant sur les recommandations de l'ARS, 20 Minutes fait le point sur les risques et les mesures à prendre pour limiter sa propagation.

Le premier malade a été enregistré dans le quartier de Pessicart à Nice et «c’est dans le cadre des interventions de lutte anti-vectorielle réalisées autour du premier cas que cette deuxième personne a été identifiée, confirmant la circulation du virus de la dengue sur cette zone», note l’ARS. Les patients en question n’ont pas voyagé en zone tropicale dans les quinze jours qui ont précédé le début des symptômes. D’autres cas pourraient être confirmés.

Les symptômes

Moustiques
© REUTERS / Paulo Whitaker/File Photo
Les symptômes pourraient être confondus avec ceux du Covid-19. Selon l’ARS, 10 à 50% des personnes infectées peuvent souffrir de l’apparition brutale d’une forte fièvre, de douleurs musculaires ou articulaires, mais aussi oculaires, de fatigue et de maux de tête. Cependant, la dengue «est asymptomatique dans 50 à 90% des cas». 

Dengue grave

Une forme sévère de la maladie, la dengue grave, intervient dans moins de 1 à 5% des cas qui présentent des symptômes.

«Elle est caractérisée par des hémorragies pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Les signes d’alarme surviennent après 2 à 7 jours», détaille le quotidien citant l’ARS.

«Le traitement de la dengue est symptomatique et il n'y a pas de traitement antiviral spécifique».

Mesures pour enrayer une possible épidémie

L’Entente interdépartementale de démoustication (EID) du littoral méditerranéen, vaporise un produit pour détruire les moustiques et leurs larves dans le quartier où résident les cas diagnostiqués, indique l’ARS qui rappelle l’importance de limiter les nids possibles de ces insectes, comme les eaux stagnantes. Ces opérations ont été menées sur l’ensemble des lieux où les personnes ont pu être piquées.

Les recommandations en bref

L'ARS donne trois conseils majeurs: consulter immédiatement son médecin traitant en présence de symptômes évocateurs, se protéger des piqûres (avec des vêtements couvrants et amples, des répulsifs cutanés, des grillages moustiquaires si nécessaire) et éviter la prolifération du moustique (vider, ranger ou éliminer tout récipient pouvant contenir de l'eau, nettoyer les gouttières et caniveaux et éviter les dépôts sauvages de déchets).

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
En continu: le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’intensifie dans le Haut-Karabagh
Tags:
recommandations, dengue, Nice
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook