France
URL courte
Par
131055
S'abonner

Accusé de «harcèlement psychologique» à l’égard de son épouse, le député LREM de la Gironde Benoît Simian s’est vu interdire dès le 3 août de se présenter au domicile conjugal. Malgré la décision de justice, l’élu, cosignataire de la proposition de loi sur les violences conjugales, s’y rend régulièrement, indique Mediapart.

Benoît Simian, député LREM de la Gironde et ancien maire de Ludon-Médoc, commune viticole au nord de Bordeaux, viole régulièrement une ordonnance de protection rendue le 3 août par le juge aux affaires familiales (JAF) du tribunal de Bordeaux lui interdisant «de paraître» au domicile conjugal dans le cadre d’un divorce litigieux avec son épouse, révèle le 8 septembre Mediapart.

Ce sont des vidéos et témoignages recueillis qui ont aidé le 3 août le juge aux affaires familiales à établir que l’épouse du député était «vraisemblablement victime d’une forme de harcèlement psychologique de la part de son époux».

Cependant, malgré l’interdiction, l’élu a continué de se présenter au domicile conjugal à de nombreuses reprises. En outre, le 13 août, plusieurs grands sacs à son nom y ont été livrés par une entreprise de matériel de construction, poursuit Mediapart.

Une «permanence parlementaire»

La première décision a été rendue le 13 mai par le tribunal judiciaire de Bordeaux qui a établi la jouissance du domicile conjugal à son épouse dans le cadre de la procédure de divorce engagée en avril par le député, cosignataire de la proposition de loi sur les violences conjugales récemment adoptée au Parlement.

Pour ne pas quitter le domicile, il avait recouru à l’usage d’une «permanence parlementaire» dans un studio situé à quelques mètres, derrière la maison occupée par son épouse. Le local étant séparé de la propriété, c’est ainsi qu’il expliquait sa présence quotidienne sur les lieux.

Le 3 août, le JAF a considéré cette «annexe» comme «partie intégrante du domicile conjugal dont la jouissance a été attribuée à l’épouse».

Une enquête est en cours

Pour empêcher l’élu de s’introduire au domicile, sa femme utilisait depuis le mois de mai différentes astuces, notamment le blocage de la porte coulissante du studio permettant d’accéder directement au jardin et au reste de la maison, ainsi que le rebouchage d’un trou d’une chatière avec des planches que son mari tentaient de forcer avant que la gendarmerie n’intervienne.

Le parquet de Bordeaux a ouvert une enquête judiciaire après que chacun des époux a déposé des plaintes croisées. Ainsi, Benoît Simian accuse sa femme de «violences volontaires» à son égard alors qu’elle l’accuse de «harcèlement moral».

À la suite des investigations confiées à la brigade des recherches de la gendarmerie nationale, un premier rapport de synthèse a été établi avant d’avoir été soumis à la procureure de la République de Bordeaux, Frédérique Porterie, la semaine dernière.

Lire aussi:

Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
divorce, La République en Marche! (LREM), Bordeaux, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook