France
URL courte
Par
2164
S'abonner

Une manifestation aux airs de piqûre de rappel. Un an après les annonces d’Emmanuel Macron contre les incendies en Amazonie, une manifestation s’est tenue ce jeudi aux abords de l’Élysée pour dénoncer l’inaction du chef d’État et l’absence de mesures significatives, indique à Sputnik Cécile Leuba, chargée de la campagne Forêt à Greenpeace France.

Une action de Greenpeace s'est tenue ce jeudi 10 septembre devant le palais de l’Élysée pour «dénoncer l’inaction et le silence d’Emmanuel Macron sur les incendies et la déforestation en Amazonie» dont les forêts risquent de disparaître dans les prochaines années, a déclaré à un correspondant de Sputnik présent sur place Cécile Leuba, chargée de la campagne Forets à Greenpeace France.

Depuis que le chef d’État a lancé un appel lors du sommet du G7 en 2019 à préserver la plus grande forêt tropicale, «la France n’a entrepris aucune mesure significative depuis l’été dernier pour s’assurer que nos exportations [celles de la France, ndlr] ne sont pas liées à la déforestation», indique Mme Leuba.

À l’époque, le Président français avait reconnu la complicité de la France dans les incendies, notamment sur les importations de soja.

Soja importé d’Amérique du Sud

Un an après, «on continue d’importer du soja d’Argentine, du Brésil et d’ailleurs alors qu’on sait que là-bas le soja contribue à la déforestation et le gouvernement ne fait rien pour vérifier si c’est le soja qui est importé en France et connecté, ou pas, à la déforestation», martèle la chargée de campagne.

En 2020, les forêts amazoniennes «ont brûlé à des proportions similaires à ce qu’on a pu connaître l’été dernier», souligne Cécile Leuba.

Ainsi, cette manifestation vise à rappeler à Emmanuel Macron «sa responsabilité» sur ce sujet «crucial».

Cécile Leuba se réfère à une étude scientifique selon laquelle les forêts tropicales en Amazonie sont susceptibles de disparaître d’ici quelques années et de se transformer en savane «si on continue au rythme actuel».

«On est en train de se rapprocher petit à petit de ce que les scientifiques appellent un point de non-retour», prévient-elle.

«Macron complice de la déforestation»

Accompagnés d’un camion de pompiers, des activistes se sont rassemblés vers 08h00 près de la résidence présidentielle. Une bannière «Macron complice de la déforestation» a été dépliée et des fumigènes allumés. Deux heures plus tard, certains activistes restaient bloqués aux abords du palais, alors que les autres ont été évacués, explique Cécile Leuba à Sputnik.

Selon un correspondant de Sputnik sur place, des forces de l’ordre ont été déployées autour du palais présidentiel suite à ce rassemblement de Greenpeace.

Greenpeace France a tweeté sa «détermination totale», indiquant que deux activistes s’étaient barricadés dans le camion.

L’Amazonie a été ravagée par de violents feux de forêts en 2019. Près de 900.000 hectares sont partis en fumée. En 2020, les incendies continuent à dévaster les forêts tropicales. Certaines organisations non gouvernementales dont Greenpeace alertent sur la nécessité de réagir.

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Tags:
G7, incendie de forêt, Greenpeace France, Amazonie, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook