France
URL courte
Par
183535
S'abonner

Une vingtaine d’activistes Femen ont fait «une petite visite topless» au musée d’Orsay le 13 septembre pour appuyer une jeune femme à qui l’entrée avait été refusée il y a quelques jours à cause de son décolleté.

Afin de soutenir une étudiante à qui le musée d’Orsay avait refusé l'entrée en raison de son décolleté, le groupe Femen y a organisé une action.

Le 13 septembre, une vingtaine de jeunes femmes à la poitrine dénudée ont fait leur apparition dans le musée avec inscrits sur leur corps des messages comme «Ceci n'est pas obscène» ou «Obscène à cause de vous».

«L’obscénité est dans vos yeux»

Le groupe a expliqué cette démarche sur Twitter où il a également publié de nombreuses photos et vidéos.

«L’obscénité est dans vos yeux! Une vingtaine d’activistes Femen sont allées aujourd’hui faire une petite visite topless au musée d’Orsay. Stop à la sexualisation du corps des femmes!», est-il notamment écrit.

​Selon les activistes, elles réaffirmaient avec cette action que «notre torse n’est pas obscène et que nous soutenons Jeanne et toutes les femmes victimes de discrimination sexiste».

Décolleté «trop provocant»

Cet événement a eu lieu après que le musée d’Orsay a fermé ses portes à une étudiante, Jeanne, en raison de son décolleté. Celle-ci a accepté de se couvrir d’une veste pour accéder aux collections, mais a ensuite publié son témoignage sur Twitter en y joignant une photo d'elle vêtue de la robe en question. 

L’institution a finalement présenté ses excuses à l’intéressée dans un message sur Twitter en annonçant regretter l’incident. Jointe par Libération, Jeanne a confirmé que le musée l’avait appelée pour s’excuser.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
seins nus, féminisme, Musée d'Orsay, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook