France
URL courte
Par
81048
S'abonner

Une femme résidant à Saint-Cyr-sur-Loire s’est fait extorquer 1.000 euros par deux rusés malfaiteurs, a annoncé la police nationale d’Indre et Loire, appelant à redoubler de vigilance.

Deux hommes se sont présentés le 15 septembre à la porte d’une habitante de Saint-Cyr-sur-Loire et ont réussi à lui soutirer 1.000 euros, a annoncé la police nationale d’Indre et Loire sur sa page Facebook.

Ils l’ont persuadée d'une infection de sa charpente, mais ont assuré qu’ils étaient capables de remédier à la situation. Pour gagner définitivement sa confiance, ils lui ont affirmé avoir appelé son fils pour avoir son accord. Après ce petit manège, l’un des deux escrocs l'a accompagnée jusqu’à un distributeur où la femme lui a remis la somme exigée.

Il l'a ensuite raccompagnée chez elle avant de disparaître avec son complice.

Dans ce contexte, la police nationale a appelé à la vigilance.

«Soyez extrêmement vigilants! Partagez cette publication et prévenez vos proches afin qu’ils ne deviennent pas victimes à leur tour», a-t-elle indiqué.

Hameçonnage

Une autre arnaque prend de l’ampleur ces dernières semaines en France, a averti la gendarmerie de Haute-Saône. Les escrocs envoient des messages aux habitants les invitant à régler des frais d’affranchissement pour pouvoir réceptionner un colis.

En outre, les hackers se servent d’une nouvelle arnaque sur Instagram pour pirater les comptes d’enfants et d’adolescents. Ainsi, ils envoient des codes et demandent qu’ils leur soient renvoyés pour prendre le contrôle des comptes de leurs victimes.

Lire aussi:

Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Un policier roué de coups à Paris lors de la manifestation contre la loi Sécurité globale – vidéos
Un cambrioleur s'introduit dans une maison en pleine nuit, il est neutralisé par un père de famille
Le mystérieux «monolithe de métal» en plein désert américain a disparu
Tags:
malfaiteurs, police, arnaque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook