France
URL courte
Par
151455
S'abonner

Invitée sur France Inter, Najat Vallaud-Belkacem a réagi à la polémique autour des règlements scolaires prescrivant des tenues correctes au collège et au lycée. L’ancienne ministre de l’Éducation a reproché à Jean-Michel Blanquer de tenir un discours de «culpabilisation sur le corps des femmes».

Aux micros de France Inter, Najat Vallaud-Belkacem a critiqué la position de l’actuel ministre de l’Éducation nationale à propos des tenues vestimentaires dans les établissements scolaires. 

Cette polémique fait suite à l’apparition du mouvement #Lundi14Septembre, né sur les réseaux sociaux, à travers lequel des lycéennes et collégiennes entendent dénoncer des règlements vestimentaires jugés sexistes, dans divers établissements. Face à ces protestations, Jean-Michel Blanquer avait répondu: «il suffit de s'habiller normalement et tout ira bien», tout en prônant une «sorte de grand bon sens».

Des propos qui n’ont pas convaincu Najat Vallaud-Belkacem. L’ancienne ministre de l’Éducation nationale a reproché à son successeur de tenir un discours culpabilisant pour le corps des femmes.

«J’ai l’impression qu’on met toute la culpabilisation sur le corps des femmes, une fois de plus. […] On a un discours à sens unique dans lequel on projette sur le corps de ces jeunes filles l’idée que ce corps est forcément, de façon inhérente sexuel, provoquant, dérangeant, et que c’est de leur faute», a déclaré Najat Vallaud-Belkacem sur France Inter.

Changer le regard des garçons

L’ancienne ministre de François Hollande a précisé que le «mécanisme de culpabilisation» allait à l’encontre du principe d’égalité homme-femme. Plutôt que d’interdire des tenues vestimentaires, elle appelle à un discours de pédagogie «à l’égard des garçons».

«Il faudrait tenir au contraire un discours à l’égard des garçons de changement de regard, de changement d’attitude, de changement de comportement. C’est toute la logique d’inculquer l’égalité filles-garçons à l’école», explique-t-elle à France Inter.

En cas de litiges ou d’infractions aux règlements scolaires, Najat Vallaud-Belkacem soulignent que les chefs d’établissement sont les plus à même d’évaluer la situation.

«Il faut laisser la possibilité aux chefs d'établissement de juger des situations. Le chef d’établissement est quand même le mieux placé, il faut lui faire confiance», a expliqué l’ancienne ministre sur France Inter.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Tags:
lycée, collège, vêtements, éducation, Jean-Michel Blanquer, Najat Vallaud-Belkacem
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook