France
URL courte
Par
142022
S'abonner

Les restrictions décidées par le ministère de la Santé, notamment la fermeture des bars parisiens à 22h00, représentent un risque «immense» du point de vue économique, selon le premier adjoint au maire de Paris, Emmanuel Grégoire.

La fermeture anticipée des bars à Paris à partir de lundi, fixée à 22 heures au plus tard par le gouvernement, représente un risque «immense», a réagi mercredi 23 septembre le premier adjoint au maire de Paris, Emmanuel Grégoire, auprès de l'AFP.

La mesure annoncée par le ministre de la Santé Olivier Véran présente «un risque économique immense», a-t-il déclaré, sachant que les restaurants ne sont à ce stade «pas concernés» par une fermeture anticipée. L'adjoint d'Anne Hidalgo s'est dit «dubitatif sur la fermeture des bars», estimant que «le risque maximum est dans les espaces privés».

Alerte renforcée

Sans aller jusqu'à la fermeture totale des bars et restaurants, comme à Marseille et en Guadeloupe, la capitale fait partie des 11 grandes villes françaises placées mercredi en «zone d'alerte renforcée».

Dans ces zones, «les bars ne pourront pas rester ouvert au-delà de 22 heures» à partir de lundi, a souligné M.Véran, rappelant que l'horaire de fermeture sera décidé par le préfet, après concertation des élus locaux.

«Il revient maintenant aux préfets d'en moduler l'application», a souligné M.Grégoire, précisant que la mairie de Paris plaidera pour «une proportionnalité sur un certain nombre de mesures relatives au sport, la vie sociale et la culture».

«Parce que le risque que nous pressentons, c'est que quand vous prenez des mesures trop coercitives [...] le risque ce n'est pas que les gens arrêtent de faire la fête mais se déportent dans des lieux moins contrôlés», a justifié M.Grégoire.

«Il faut tout mettre en œuvre, dans une concertation totale, pour prévenir la recrudescence du Covid 19. Mais il est capital que les mesures soient proportionnées avec soin pour la vie sociale, le sport, la culture», a estimé sur Twitter la maire de Paris, Anne Hidalgo.

D'autres mesures

Dans les 11 villes en «zone d'alerte renforcée», d'autres mesures ont été annoncées: les salles de sport, gymnases seront fermées. La jauge maximale pour les grands événements va être abaissée à 1.000 personnes, contre 5.000 jusqu'ici. Les rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public seront également interdits, tout comme les fêtes locales ou étudiantes.

Olivier Véran a insisté que «la part d'activités liées au coronavirus aux urgences a doublé en 15 jours» en Île-de-France.

«Sur les près de 2.000 patients hospitalisés avec le Covid, 305 sont hospitalisés en réanimation, soit 27% de la capacité totale de réanimation de la région, contre 18% il y a une semaine. Au rythme actuel, on peut s'attendre à ce que 40% des capacités régionales de réanimation soit utilisées pour des patients Covid d'ici au 10 octobre, 60% vers le 25 octobre et 85% aux alentours du 11 novembre», a-t-il ajouté.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Attaque à Nice: un deuxième homme qui a été en contact avec le tueur placé en garde à vue
Tags:
Olivier Véran, mesures supplémentaires, Covid-19, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook