France
URL courte
Par
2312
S'abonner

Les nouvelles mesures sanitaires restrictives face à la montée du Covid-19, concernent notamment les fêtes de famille et ont mis à mal de nombreux projets de mariage. Deux couples de Franciliens ont exprimé à Sputnik leurs difficultés et leurs déceptions.

«Toutes les familles heureuses se ressemblent; chaque famille malheureuse l’est à sa façon», écrivait Léon Tolstoï dans Anna Karénine. Encore faut-il pouvoir se marier. De nombreuses couples ont reporté leurs cérémonies de noces au moment du confinement du printemps. Désormais, et suite aux nouvelles mesures restrictives dévoilées le 23 septembre par Olivier Véran, ministre de la Santé, ils sont obligés de réduire drastiquement l’ampleur de leur fête.

Pour son mariage samedi, Chafik n’a toujours pas de restaurant

Chafik a commencé ses démarches en février 2020, «bien avant le premier confinement». Au moment des premières annulations, il a pensé «qu’il ne serait peut-être pas touché». Mais en septembre, les «échos de la deuxième vague» du Covid-19 se font entendre, puis se confirment rapidement.

«On a appris que notre salle de mariage, prévu à Carrières-sur-Seine [Yvelines, ndlr], fait partie du plan d’alerte. Le propriétaire de la salle a refusé d’accueillir ce mariage, prévu avec 240 personnes», déplore Chafik.

Le propriétaire de la salle tente le tout pour tout et rencontre le préfet et le maire de la ville. Rien à faire, il est obligé d’annoncer au futur marié que «ces derniers l’ont informé qu’en cas de maintien, il aurait une amende, serait menacé de fermeture, les invités auront des amendes allant jusqu’à 1.500 euros.»

Une grosse organisation comme un mariage, avec de nombreux prestataires, est difficile à déplacer à une date ultérieure, «il faut que tous soient disponibles».

«Le problème est aussi économique. Quand on paye une salle de mariage, il faut tout solder 15 jours avant la date. Je suis à 11.000 euros rien que pour la salle, déjà payés. Plus, toutes les avances, entre 300 et 400 euros à chaque fois, pour bloquer les prestataires: cameraman, photographe, DJ, location de la voiture, location des robes», énumère le fiancé déçu.

Les futurs époux ont maintenu la cérémonie à la mairie de Drancy, «limitée à 30 personnes plus les deux mariés». Et «pour marquer le coup», ils cherchent un restaurant «un peu éloigné», qui ne soit pas dans la zone d’alerte, pour faire une petite réception de 30-40 personnes.

«Le mariage est pour ce samedi et on est toujours en recherche. Ce n’est pas évident non plus, parce que les restaurateurs sont obligés de limiter [l’affluence, ndlr] et de séparer les tables», souligne Chafik.

Heureusement pour le jeune couple, le cameraman et le photographe ont fait un geste, «ils vont pouvoir venir ce samedi et le jour du mariage, à une date ultérieure» pour une cérémonie qui rassemblera plus de monde. Pourtant, la fiancée de Chafik vit la situation plus difficilement que lui, qui «s’est fait une raison», sentant que «ça allait être compliqué».

«Quand l’annulation a été annoncée, ça a été très dur à encaisser pour elle. Pour les filles, c’est toujours une journée très importante. Pour les garçons, c’est plus facile de la supporter que pour les filles», considère Chafik.

Le voyage de noces tient aussi à un fil: pour pouvoir prendre l’avion, «ça dépend des tests» et de la situation des pays. «On va voir à la dernière minute, vu que les restrictions changent», se résigne le futur époux. Même le sud de la France, auquel les fiancés ont songé, n’apparaît plus comme une direction de rêve, au vu des dernières inondations et de la fermeture des restaurants dans Marseille et sa région.

Zilah a reporté son mariage deux fois

À l’inverse de ce qu’estime Chafik, ce ne sont pas toujours les femmes qui souffrent le plus dans ces circonstances: le fiancé de Zilah vit «très mal» les mésaventures qui arrivent à leur couple.

«Je pense que c’est plus compliqué pour lui que pour moi de reporter le mariage. Une fois que l’on s’est projeté et que l’on a choisi une date, où on était également sensés emménager ensemble, reporter de sept mois était dur», affirme Zilah.

Pour ce jeune couple de la région parisienne, les choses ne se sont pas encore totalement arrangées. Le mariage religieux était prévu le 10 avril, mais a été annulé dès les 15 mars à cause du confinement. Après le déconfinement, les mariages ont repris à partir du 2 juin. Mais Zilah n’a pas eu de chance: «le mariage civil à la mairie, suivi d’une réception de 250 personnes, prévu le 12 juin, a été aussi annulé.»

«J’ai dû tout reporter pour le 13 novembre. Qui va sûrement être annulé aussi», souffle la jeune femme, découragée.

Le problème financier se pose également pour ces futurs mariés, puisqu’à la première annulation, «on ne proposait que des avoirs et pas de remboursement». Au début, les familles avaient vu grand, deux fêtes étaient prévues. «Mais quand les deux sont annulées, entre les deux, il y a eu le confinement, je ne peux plus me permettre de payer les deux fêtes», se désole la jeune femme.

«J’ai voulu en annuler une [des deux fêtes prévues, ndlr], la salle ne veut absolument rien entendre, impossible de rembourser. Ils me proposent un avoir, valable sur deux ans, mais je ne vais pas me remarier d’ici deux ans!» s’exclame Zilah.

Même casse-tête pour trouver une date où tous les prestataires seraient disponibles. On propose au couple de «se marier un jeudi, un dimanche». Évidemment, «c’est un peu compliqué» de se marier en semaine «et dimanche, la mairie est fermée». Tout le monde a fini pour se mettre d’accord pour fêter leur union le 13 novembre prochain, puisqu’ils ont trouvé une salle disponible dans le Val-d’Oise.

«Si cette fois, c’est annulé, je ne pense pas être assez motivée pour reporter encore une fois et refaire un grand mariage. Je penserai quelque chose de plus restreint et je verrais ce que la salle me propose», conclut Zilah.

Heureusement que la jeune femme «a un bon soutien» de sa famille, puisque «tout préparer et tout annuler à la dernière minute», tout refaire à zéro «l’embête». Il lui reste encore tout juste assez d’humour pour rire de notre proposition de mettre ses petits cousins à «scratchbooker» les faire-part imprimés pour la première cérémonie, pour les rendre réutilisables pour ce 13 novembre… Tant attendu.

Lire aussi:

Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Macron «obsédé par le grand remplacement»?
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Tags:
Ile-de-France, Paris, Covid-19, mariage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook