France
URL courte
Par
4231102
S'abonner

On apprenait cette semaine que plusieurs élus régionaux du Rassemblement national, réputés proche de Marion Maréchal, avaient été convoqués par le parti en vue d’une possible exclusion. Deux collaborateurs de l’Issep, l’école fondée par la nièce de Marine Le Pen, ont quant à eux vu leur demande d’adhésion retoquée par le RN. Le début d’une purge?

Y a-t-il une «croisade» dirigée contre Marion Maréchal au sein du Rassemblement national? L’accusation, portée par l’intéressée elle-même dans Le Parisien du 11 septembre dernier, semble en tout cas prendre corps. Le 15 septembre sur le plateau de BFMTV, la nièce de Marine Le Pen allait même plus loin, dénonçant une «espèce de tendance un peu stalinienne» au sein du RN pour qui «tu dois tout au parti et le parti ne te doit rien.»

Dans le viseur de la jeune retraitée de la politique à l’époque, l’éviction de certains de ses proches (Gilbert Collard, Nicolas Bay) de la commission nationale d’investiture du parti, début août. Dans un entretien donné à Paris Match le 1er août, Gilbert Collard s’était d’ailleurs indigné, fustigeant des «petits règlements de comptes minables» et des «méthodes de gougnafiers». «Il y a des coups de pied au cul qui se perdent», avait-il ajouté. L’eurodéputé RN regrettait alors le manque de «courtoisie» de Marine Le Pen, qui ne l’avait pas appelé pour le prévenir de cette décision.

«Méthodes de gougnafiers»

Les mises à l’écart ne faisaient en réalité que commencer pour les proches de l’ancienne élue du Vaucluse. Le 6 octobre, Le Parisien révélait ainsi que trois conseillers régionaux d’Auvergne-Rhône-Alpes (Agnès Marion, Sophie Robert et Antoine Mellies) allaient être convoqués à la fin du mois devant la commission des conflits du parti. La raison avancée par les instances du parti? Avoir maintenu comme tête de liste, lors des dernières municipales à Lyon, un ancien candidat aux législatives de 2017, l’avocat Jacky Copede, lequel se présentait alors sous l’étiquette des comités Jeanne, créés par Jean-Marie Le Pen suite à son exclusion du Front national en 2016.

C’est du moins la version officielle. Car, en réalité, les députés convoqués sont des proches de Marion Maréchal: Agnès Marion préside ainsi le cercle Fraternité, un collectif conservateur défendant les «valeurs familiales»; Sophie Robert est la belle-mère de Thibaut Monnier, cofondateur de l’Issep, l’école présidée par Marion Maréchal à Lyon; Antoine Mellies est un ami de Marion Maréchal, qui avait placé Agnès Marion et Andrea Kotarac (transfuge de La France insoumise) comme têtes de liste dans la métropole lyonnaise sous l’étiquette RN.

«On purge toute personne qui est dans l’écosystème de Marion Maréchal»

Contacté, Antoine Mellies n’a pas souhaité commenter cette affaire. La procédure du parti à son encontre –pouvant aller jusqu’à l’exclusion– n’est pas encore aboutie.

L’histoire ne s’arrête pas là. Jeudi 8 octobre, Marianne a ainsi révélé que plusieurs collaborateurs de l’Issep avaient vu leur demande d’adhésion rejetée par les instances du RN. Le parti leur a expliqué qu’ils étaient tout simplement «indésirables», prétextant des «propos hostiles à la ligne du parti».

Des accusations qui ne reposent visiblement sur rien, si ce n’est une affiliation à l’école présidée par Marion Maréchal. Cité par Marianne, l’un des intervenants de l’Issep retoqué par le RN dénonce une «purge» au sein du parti:

«On purge toute personne qui est de près ou de loin dans l’écosystème de Marion Maréchal. C’est un peu comme dans Harry Potter, quand le ministère de la magie noyauté par Voldemort fait la chasse aux sorciers rebelles!», éructe un intervenant de l’Issep qui s’est vu refuser son adhésion au RN.

Interrogé par Sputnik, Gilbert Collard, qui reconnaît «ne plus être dans les arcanes du Rassemblement national» depuis quelque temps, refuse pourtant de parler de «purge» à ce stade. Concernant son propre cas, il rappelle qu’il «n’allait pas» aux réunions organisées par la commission d’investiture du parti, «un motif qui pouvait justifier [son] exclusion».

«En politique, qui ne se méfie pas de tout le monde est déjà mort»

Dans le cas des élus lyonnais convoqués par le parti en vue d’une possible exclusion, l’eurodéputé RN considère que les motifs invoqués (l’investiture d’un ancien candidat des comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen) sont «tout à fait recevables». «Ce n’est pas parce qu’on est proche de Marion Maréchal qu’on peut foutre le feu à Nanterre [le siège du RN, ndlr] et s’indigner ensuite de son exclusion», relativise-t-il.

«En admettant qu’il y ait une “chasse aux sorcières” au sein du RN, naturellement cela ne me conviendrait pas. Mais, à ce stade, aucune preuve ne permet de l’affirmer. […] Il y a même des motifs judiciaires adjacents qui justifient ces exclusions», nuance Gilbert Collard au micro de Sputnik.

De là à croire que ces mises à l’écart de proches de Marion Maréchal au RN seraient purement fortuites? Marine Le Pen n’est-elle pas en train de faire le tri des «marionistes» au sein du parti? «En politique, qui ne se méfie pas de tout le monde est déjà mort», rappelle Gilbert Collard. Qui comprend ainsi que la présidente du Rassemblement national soit «attentive» au positionnement de Marion Maréchal. L’ancienne députée du Vaucluse, prudente, avait ainsi annoncé sur BFMTV le 15 septembre qu’elle ne «compt[ait] pas [se] mettre au service d’un candidat» à la Présidentielle, y compris sa tante.

Un jeu du chat et de la souris entre la tante et la nièce qui ne fait qu’alimenter les rumeurs d’une méfiance réciproque, plus que jamais d’actualité.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Tags:
élections municipales, Nicolas Bay, Gilbert Collard, Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook