France
URL courte
Par
511067
S'abonner

Sur le plateau du Grand Jury pour LCI/RTL/Le Figaro, François Hollande a appelé à être conscient de la réalité. Les aides aux entreprises, le chômage partiel, le plan de relance étant des mesures coûteuses, elles entraîneront une augmentation des impôts dans l’avenir.

Invité le 11 octobre sur le plateau du Grand Jury pour LCI/RTL/Le Figaro, François Hollande a alerté sur les conséquences des multiples dépenses décidées par le gouvernement pour faire face au coronavirus. Selon l’ancien Président, l’augmentation de la pression fiscale ne tardera pas à venir.

«Chacun doit avoir à l’esprit que les emprunts d’aujourd’hui, ce sont les impôts de demain», prévient François Hollande.

Selon le politicien, le fait qu’aucune augmentation d’impôts ne soit prévue par le gouvernement ne signifie pas qu’elle n’aura pas lieu dans l’avenir:

«Il dit vrai pour ce qui concerne aujourd’hui, il ne dit pas vrai pour ce qui concerne demain».

Des taxes déjà évoquées

Le débat sur le budget 2021 et sur le plan de relance a commencé ce 12 octobre en plénière à l’Assemblée nationale.

Le projet prévoit d’augmenter les taxes sur l’essence SP95-E10 malgré les engagements du gouvernement à ne pas augmenter les impôts des Français. La taxe intérieure de consommation des produits énergétiques devait être augmentée d'un centime d'euro par litre sur les deux prochaines années, mais Bercy a finalement annoncé que ce ne serait pas le cas.

Enfin, selon RTL, les fabricants de jouets risquent d’être taxés de 3% sur chaque jouet vendu à compter de 2022 pour financer le recyclage de ces produits.

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Tags:
taxes, impôt, gouvernement, François Hollande, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook