France
URL courte
Par
14815
S'abonner

Dans l’Essonne, un policier se trouve entre la vie et la mort après avoir été renversé par un individu à bord d’une voiture volée. Une enquête a été ouverte par le parquet pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique. Sur fond de violences contre les policiers, les syndicats sont reçus ce jeudi par Emmanuel Macron.

La série noire se poursuit pour la police française.

Après l’agression violente de deux policiers en surveillance à Herblay (Val-d’Oise), mercredi 8 octobre, et l’attaque au mortier d’artifice du commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) samedi 10 octobre, un policier voulant contrôler une voiture signalée volée dans l’Essonne a été renversé par son conducteur, dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14 octobre. Ses jours sont en danger.

Vers 1h30 du matin, une équipe de la brigade anticriminalité (BAC) s’est approchée pour contrôler un véhicule, une Peugeot 3008 signalée comme volée. Le conducteur aurait alors redémarré brutalement et foncé sur le policier, renversant ce père de deux enfants, âgé de 40 ans. L’agent de police a été hospitalisé et son pronostic vital est engagé, selon nos sources. Il souffre en effet d’une fracture à la jambe, mais surtout d’un traumatisme crânien. «Il est dans un coma artificiel et est parti au bloc opératoire pour qu’on lui retire du liquide céphalo-rachidien et ainsi faire baisser la pression qui comprime son cerveau», témoigne le frère du policier.

Une enquête a été ouverte pour «tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique», a indiqué le parquet d’Évry à l’AFP. Le conducteur, ainsi que les trois individus à pied autour du véhicule ont pris la fuite sans avoir pu être interpellés.

«Tous les moyens sont mis en œuvre pour retrouver l’auteur», a écrit sur Twitter Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, en apportant son «soutien» au fonctionnaire blessé. Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, a lui aussi témoigné son «soutien total aux forces de l’ordre et à leurs proches» dans un tweet posté ce matin.

«Encore une attaque de trop»

Cet événement alimente encore la colère des policiers, qui s’estiment insuffisamment protégés face aux attaques répétées à leur encontre. Interrogé par Sputnik, Frédéric De Oliveira, secrétaire régional pour l’Île-de-France du syndicat Unité SGP-Police-FO, a quant à lui dénoncé «une attaque supplémentaire contre les policiers, encore une de trop»:

«Aujourd’hui, le policier ne fait plus peur. Des délinquants ou des criminels n’hésitent plus à s’attaquer ouvertement aux policiers. On ne peut plus laisser passer ça. Il est temps que le pouvoir politique, plutôt que de faire de la sémantique, s’attaque à la racine du mal», fustige le syndicaliste Frédéric De Oliveira au micro de Sputnik.

Dans ce contexte de plus en plus tendu, Gérald Darmanin a entendu pour la première fois depuis sa nomination les représentants des syndicats policiers, en visioconférence, mardi 13 octobre. Le ministre de l’Intérieur a ainsi dévoilé plusieurs mesures, très attendues par la corporation. Gérald Darmanin a notamment promis une augmentation de budget de 325 millions d’euros pour la police nationale. Celle-ci, comprise dans le cadre du budget 2021 du plan gouvernemental «France Relance», vise à «améliorer le quotidien des forces de l’ordre» en attribuant davantage de moyens aux policiers. 125 millions d’euros sont par exemple prévus pour le renouvellement du parc automobile des forces de l’ordre.

325 millions d’euros d’augmentation de budget

Les «nuiteux» en particulier, ces quelque 22.000 fonctionnaires qui travaillent à des horaires décalés, entre 23 heures et 8 heures du matin –dont il a été question lors de l’attaque du commissariat de Champigny–, bénéficieront d’une augmentation de leur prime, de l’ordre de 50 € à 60 € supplémentaires par mois. Enfin, les heures supplémentaires seront revalorisées à hauteur de 6% en 2021 et 1.500 policiers seront recrutés, une mesure qui avait déjà été annoncée par le gouvernement.

Frédéric De Oliveira, s’il se dit «satisfait de ces augmentations», rappelle toutefois que les violences à l’encontre des forces de l’ordre n’ont que très peu à voir avec un manque de moyens:

«Tout le matériel et tous les effectifs du monde ne suffisent pas à répondre de manière ferme à toutes les violences envers les représentants de l’État. Nous sommes aujourd’hui considérés comme une bande rivale et il devient de plus en plus compliqué de faire appliquer les lois», dénonce Frédéric De Oliveira.

La réponse qu’il préconise est ainsi un «durcissement de la politique pénale». Les syndicats sont justement reçus par Emmanuel Macron à l’Élysée jeudi 15 octobre. Le sujet de la réponse pénale est plus que jamais à l’ordre du jour.

Face aux attaques contre les policiers, un «durcissement de la politique pénale»

Là encore, le scepticisme est de mise du côté des syndicats. Pour Frédéric De Oliveira, l’application immédiate de peines de prison ferme est un préalable indispensable si l’on veut réinstaurer l’autorité des forces de l’ordre. Celui-ci réclame ainsi des «peines minimales incompressibles», lesquelles ne seraient pas aménageables, contrairement aux peines planchers, introduites en 2007 par Nicolas Sarkozy. Pour le syndicaliste de l’Unité SGP-Police-FO, le constat d’échec est sans appel:

«La réponse pénale est aujourd’hui quasi nulle par rapport aux faits reprochés. […] Comment expliquer que l’on entende le Premier ministre affirmer que la priorité du pays est la sécurité, alors que dans le même temps, le garde des Sceaux transmet une circulaire aux juges afin qu’ils limitent les peines d’emprisonnement pour s’aligner sur la disponibilité des places en milieu carcéral?», s’interroge Frédéric De Oliveira.

En attendant la réunion prévue avec le Président de la République jeudi 15 octobre, l’exaspération semble à son comble du côté des forces de l’ordre.

«Ce qui est certain, c’est que faute de réponse de la part du gouvernement, nous serons contraints de réagir. Nous sommes aujourd’hui abandonnés», conclut, amer, Frédéric De Oliveira.

Lire aussi:

À la suite d’une décision de justice, elle se retrouve contrainte de partager sa maison avec un squatteur
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Le Premier ministre arménien réagit à la résolution du Sénat français sur le Haut-Karabakh
Tags:
syndicats, Emmanuel Macron, Gérald Darmanin, école de police, police, Unité SGP Police-Force ouvrière, Alliance Police nationale
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook